A Genève, les chiens n'aboient plus
Actualisé

A Genève, les chiens n'aboient plus

Le Conseil d'Etat genevois a adopté la liste des parcs en Ville de Genève où les chiens auront l'obligation de porter la muselière dès lundi.

Il a rejeté le dernier projet de la municipalité qui incluait les quais et la plaine de Plainpalais.

Le gouvernement genevois a été confronté aux revirements répétés de la Ville dans ce dossier. La municipalité a publié pas moins de trois listes. A chaque fois, des lieux étaient ajoutés. La dernière proposition contraignait les chiens à porter la muselière dans tous les parcs, les squares et les promenades que compte Genève.

«Excessif»

«Nous avons estimé que museler partout les chiens était totalement excessif», a fait savoir devant la presse le conseiller d'Etat genevois Robert Cramer. Le gouvernement a donc décidé que la bonne liste concernant la Ville de Genève était celle qui avait été publiée le 20 septembre et qui comprend 25 parcs et jardins.

Le fait de vouloir étendre le port de la muselière à l'ensemble des espaces publics, comme le souhaite la Ville, pose en outre des problèmes d'application. Comment effectuer des contrôles dans ces conditions, s'est interrogé M. Cramer. Selon lui, il est beaucoup plus simple d'imposer la muselière dans des endroits clos.

Les enfants d'abord

Le gouvernement a voulu réserver des lieux dans le canton où les enfants peuvent jouer sans rencontrer de chiens, a rappelé M. Cramer. Il a cependant toujours estimé nécessaire d'avoir des espaces sans muselière, ne serait-ce que pour respecter la législation fédérale sur la protection des animaux.

Le Conseil d'Etat en appel maintenant à la responsabilité des propriétaires de chiens. Ceux qui estiment inconfortable pour leur animal de porter la muselière n'ont qu'à aller le promener ailleurs, a souligné M. Cramer. «La liberté des uns s'arrête où commence la sécurité des autres».

Dès le 2 octobre, les chiens devront être muselés dans une série de parcs et d'espaces verts du canton. Les molosses considérés comme dangereux devront avoir les mâchoires entravées partout à l'extérieur. Douze races ont été répertoriées par le Conseil d'Etat genevois, dont le pittbull et le rottweiller.

L'exécutif a pris cette mesure après un drame survenu en août au parc La Grange, dans le quartier des Eaux-Vives. Un enfant d'un an et demi avait été défiguré par un pittbull croisé boxer. Le garçonnet a dû subir plusieurs interventions chirurgicales pour tenter de réparer les dégâts causés par l'animal.

Pour en savoir plus: etat.geneve.ch

(ats)

Ton opinion