Guerre en Ukraine: A Kiev, des combattants géorgiens formés par une ONG Suisse

Publié

Guerre en UkraineÀ Kiev, des combattants géorgiens formés par une ONG Suisse

L’ONG suisse «Appel de Genève» propose des cours de droit international dans la capitale ukrainienne pour apprendre aux soldats étrangers les règles à respecter en temps de guerre.

C’est à Kiev que l’ONG Suisse donne des cours à des soldats.

C’est à Kiev que l’ONG Suisse donne des cours à des soldats.

AFP/Photo d’illustration

Son avant-bras est tatoué: «N’oublie jamais, ne pardonne jamais» y est écrit. Le chef de la Légion nationale géorgienne, Mamouka Mamoulachvili, écoute attentivement une présentation sur la nécessité pour les combattants étrangers en Ukraine de respecter le droit international. L’événement est organisé à Kiev par une ONG suisse, «Appel de Genève», dont le rôle est notamment de transmettre des rudiments de droit international aux combattants étrangers venus aider les Ukrainiens pour faire face à l’armée russe, résume Marie Lequin, cheffe de la «région Eurasie».

Dans la petite salle, Mamoulachvili ne passe pas inaperçu, tout comme le drapeau de la Légion, une tête de loup entourée du drapeau ukrainien. À l’aise en anglais, il dirige environ 800 combattants de quelque 32 pays, mobilisés depuis plusieurs mois dans le sud-est de l’Ukraine.

«Aujourd’hui, il s’agit d’une étape dans un processus d’«engagement humanitaire», pour mettre en place un dialogue avec des formations armées pour susciter un changement de comportement» sur le terrain, détaille Lequin à l’AFP, au moment de la signature d’un document engageant les combattants géorgiens à respecter le droit international.

«Lignes floues»

À Kiev, Lequin souhaite mettre en garde contre d’éventuelles «lignes floues» dans la guerre, soulignant «l’importance que le travail humanitaire soit séparé des opérations militaires». Mamoulachvili se défend, lui, de toute confusion: le travail de ses hommes et des ONG est complémentaire, selon lui. Il affirme que ses équipes «fournissent de la nourriture» aux populations locales, «que les ONG distribuent ensuite aux habitants», dans une synergie positive.

Le travail d’évacuation des civils des zones dangereuses est également en partie du ressort des troupes de Mamoulachvili: «Nous avons sauvé des civils dans des zones bombardées par les Russes», affirme-t-il au cours des échanges. «On le fait avec des voitures que l’on a achetées avec nos propres moyens et qui ne sont pas blindées», tient-il à dire.

«Violation grave»

«Cela reste déroutant d’un point de vue d’un civil de comprendre si vous êtes là pour aider humanitairement ou si vous êtes là pour diriger des opérations militaires pour protéger les civils», lance toutefois Lequin à Mamoulachvili. Pour elle, «c’est très difficile de savoir si la présence de ces soldats» peut faire des ONG qui opèrent sur le terrain «des cibles ou pas».

Depuis le début de l’invasion russe, certains combattants ukrainiens ont en effet utilisé des écoles pour héberger des soldats ou des bus autrefois utilisés pour les écoliers pour transporter des militaires, a constaté l’AFP, en faisant des cibles importantes pour les Russes. Mais pour Mamoulachvili, le problème vient des Russes, qui «violent toutes les règles» et qu’il accuse d’utiliser de «fausses» ONG pour transporter des armes sur le sol ukrainien, «une violation grave» et une «perfidie» à ses yeux.

«Documenter» les crimes de guerre

En attendant, Lequin et son organisation tentent de «documenter» les crimes de guerre imputés par Kiev et ses alliés occidentaux à l’armée russe -- que Moscou rejette -- car la guerre s’arrêtera et «ira au tribunal à un moment», selon elle. Sur le terrain, Mamoulachvili et ses hommes font face ces derniers temps à la puissance de feu russe.

«Les combats sont de plus en plus compliqués pour nous car la Russie utilise désormais uniquement son artillerie, et n’est plus dans une stratégie de combats rapprochés», dit-il. «L’Ukraine doit protéger sa population civile mais le pays se fait bombarder quotidiennement et on n’a pas d’armes pour y répondre», déplore-t-il, appelant la communauté internationale à donner plus d’armes lourdes pour contrecarrer les plans russes.

(AFP)

Ton opinion

159 commentaires