M17: A l'entraînement des M17, on parle jusqu'à sept langues
Actualisé

M17A l'entraînement des M17, on parle jusqu'à sept langues

Dialecte alémanique, français, serbo-croate, italien, anglais, de nombreuses langues se mêlent aux entraînements des M17 suisses, sans que cela ne trouble l'harmonie.

Au contraire, l'équipe est un modèle de solidarité et d'intégration, soulignent ses responsables.

«Les Suisses alémaniques sont un peu fainéants pour parler le français, ils nous chambrent parfois, mais il y a un bon état d'esprit», relève le Sédunois Maik Nakic, un des rares Romands de ces M17. «L'esprit d'équipe est vraiment notre point fort, nous rigolons beaucoup.»

Nakic s'exprime parfois en serbo-croate avec ses coéquipiers ayant des origines balkaniques, lorsque cela est plus aisé que l'allemand. «D'autres fois, nous utilisons aussi l'anglais, l'italien», complète le Zurichois Olivier Buff. «En dernier recours, nous parlons avec nos pieds et nos mains.»

«Cette équipe est un modèle d'intégration, c'est extraordinaire», s'enflamme le directeur technique Hansruedi Hasler. «A table, pour les repas, il y a trois tables de sept. Elles sont mixtes, leur composition ne tient pas compte de la langue.» Quant au sélectionneur Dany Ryser, il utilise l'allemand et le français.

«Pendant ce séjour au Nigeria, la mentalité des joueurs m'a impressionné. Le staff n'a jamais dû intervenir ou jouer les médiateurs, l'équipe a tout géré elle-même», s'est étonné le Soleurois.

Vidéo: Itw de Nassim Ben Khalifa, à son arrivée à Zurich (itw: Herbie Egli/20 Minuten Online)

$$VIDEO$$ (ats)

Ton opinion