Actualisé 24.06.2013 à 06:27

Neuchâtel

A la conquête d'un nouveau titre à 73 ans

René Ulrich est le meilleur de sa génération en haltérophilie. Il défend sa couronne mondiale dimanche, à Anvers (Belgique).

de
Joël Espi

Huit titres de champion du monde, quinze d'Europe et un record mondial dans sa catégorie, depuis qu'il a soulevé 192,5 kg, il y a trois mois. René Ulrich, 73 ans, est increvable. «J'aimerais atteindre la barre des 200kg», ajoute le Neuchâtelois. Le 30 juin, celui qui a repris l'haltérophilie à 43 ans sera aux championnats du monde de powerlifting à Anvers (Belgique).

Marié depuis plus de quarante ans, il a deux enfants et des petits-enfants. L'un de ceux-ci, âgé de 23 ans, a l'intention de s'entraîner avec son papy «pour se muscler». Les plaques de chocolat du vigousse septuagénaire lui attirent-elles des admiratrices? «Cela marchait quand j'étais plus jeune, rigole-t-il. Je pèse 88 kilos maintenant, car avec l'âge, on s'amenuise.»

Actif dans les salles de fitness, René l'est aussi dans la vie professionnelle: il est représentant en produits chimiques. Mais il sait qu'il n'a plus 20 ans. «Les entraînements sont moins nombreux, mais plus intenses.» Pour son coach, l'ancien champion de culturisme Gilbert Progin, «René est un exemple pour les jeunes».

Le secret de la longévité de celui qui n'avoue que quelques problèmes à l'oreille? «Une bonne hygiène de vie, sans produits dopants.» Sa femme, elle, aimerait bien qu'il lève le pied. Juste un peu.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!