Gymnastique: A la conquête d'une médaille mondiale
Actualisé

GymnastiqueA la conquête d'une médaille mondiale

Giulia Steingruber tentera de décrocher sa première médaille au niveau planétaire à l'occasion des Championnats du monde qui débutent vendredi à Nanning, en Chine.

Giulia Steingruber a connu une a progression constante dans sa carrière. En 2011, elle s'était qualifiée pour la première fois pour les finales du saut et du concours complet aux Championnats d'Europe et du monde. En 2012, elle avait décroché sa première médaille en saut de cheval aux Européens de Bruxelles et avait enchaîné avec une 14e place au concours aux JO de Londres. Le premier titre européen était tombé en 2013.

Cette année, la Saint-Galloise de 20 ans a défendu son titre à Sofia et remporté le bronze au sol. Elle s'est donc établie au sommet de la hiérarchie mondiale et est devenue plus performante sur les autres engins. A l'exception des barres asymétriques, elle peut prétendre se qualifier pour toutes les finales des autres appareils.

Lors des Mondiaux de l'an dernier à Anvers, elle avait réussi un beau trio de résultats avec un 4e rang au saut, un 5e au sol et un 7e au concours complet. Ainsi, même si elle n'en parle pas ouvertement, son but est désormais de décrocher une médaille lors des Mondiaux de Nanning. Une seule Suissesse a réussi cet exploit jusque-là: Ariella Kaeslin avec sa médaille d'argent à Londres en 2009 sur le saut.

Le reste de la sélection suisse dames évoluera dans l'ombre de sa leader. Ilaria Käslin a dû se battre toute la saison avec des ennuis de santé. La Tessinoise a toutefois défendu son statut de no 2 dans l'équipe et a augmenté le degré de difficulté sur presque tous les engins. Le but est comme l'an dernier une qualification pour la finale du concours complet. Son point fort est la poutre.

Pour les autres Suissesses, il s'agira de montrer leur potentiel dimanche lors de la qualification pour obtenir le meilleur résultat possible par équipes. L'objectif minimal est une 24e place pour assurer une participation aux prochains Championnats du monde à Glasgow en 2015, mais la Fédération estime qu'un 16e rang est possible après la 8e place aux Européens.

Tandis que les dames sont arrivées le week-end dernier à Nanning, les gymnastes suisses sont depuis plus longtemps en Chine puisqu'ils ont effectué un camp d'entraînement à Guangzhou (Canton). Au contraire de son homologue Jordanov, l'entraîneur des messieurs Bernhard Fluck doit composer avec de nombreux forfaits sur blessures. Malgré les renoncements de Pablo Brägger, Claudio Capelli, Lucas Fischer et Nils Haller, la Fédération suisse table sur un top 12 par équipes après le 9e rang aux Européens. (ats)

Ton opinion