04.02.2019 à 20:26

Nos lecteurs ont du talent

A la conquête de l'ouest avec des crânes humains

Au sous-sol de son locatif de Riaz (FR), Laurent Genoud fabrique des objets décoratifs. Son but? Se faire une place sur le marché américain.

de
Xavier Fernandez

Ce petit artisan voit les choses en grand. Alors qu'il a ouvert son atelier Wicked Robot en septembre et qu'il n'a, pour l'heure, écoulé que quelques centaines d'articles, Laurent Genoud rêve déjà de s'agrandir. «Jamais je n'aurais imaginé que tout irait aussi vite. Mais, grâce aux réseaux sociaux, les demandes affluent désormais des quatre coins de la Suisse et même de l'étranger. Ainsi, j'ai décidé de lancer un crowdfunding pour acheter de nouvelles machines et m'attaquer au marché américain», explique le Gruérien.

Son truc à lui, c'est fabriquer des objets décoratifs avec des imprimantes 3D. Jusque-là, rien d'extraordinaire. Sauf qu'il a trouvé l'idée qui, au final, fait toute la différence. «Je concevais déjà des lampes, en forme de planètes par exemple. Mais cet automne, en l'espace de quelques jours, plusieurs clients m'ont demandé des crânes. Dès lors, avec Alain Schlup, un ami designer, nous avons imaginé le modèle Calavera, inspiré de la fête mexicaine du jour des morts. Ça a été un véritable carton», commente ce graphiste de 40 ans, spécialisé dans la conception de sites internet.

Des couleurs et des formes variées

Il a aussi mis au point un système qui, avec des LED, lui permet de faire briller ses lampes de 16 couleurs différentes. Et, par des découpages dans le plastique, des formes sont projetées sur les murs. «Pour les calaveras, se sont des coeurs», précise-t-il. Si son atelier se trouve actuellement dans un local au sous-sol du locatif qu'il habite, à Riaz (FR), les onze imprimantes qu'il possède occupent déjà pratiquement tout l'espace. «A terme, je vais devoir trouver quelque chose de plus grand», concède-t-il.

Un autre problème que Laurent Genoud devra résoudre, c'est le côté chronophage de son activité. «Mes imprimantes tournent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Bien sûr, il n'est pas nécessaire de rester tout le temps à côté. Mais il faut néanmoins être bien organisé pour changer à temps les rouleaux de plastique biodégradable qui alimentent les machines. Sinon, la lampe est bonne pour la poubelle. Et c'est d'autant plus important qu'il faut, selon la taille, de 24 à 72 heures pour en fabriquer une.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!