12.10.2020 à 20:29

Genève«A la fin, les restaurants affichaient tous complets»

L’opération des chèques «restôbar», visant à relancer le secteur de la restauration, s’est achevée le 30 septembre sur un bilan très positif. Plus de 33’000 bons ont été écoulés.

de
Leila Hussein
«Ça a poussé les clients, la plupart des habitués, à sortir davantage, à revenir une deuxième fois, alors que ce n’était pas forcément prévu», estime  Khaoula Sabri, serveuse au Café des Sources.

«Ça a poussé les clients, la plupart des habitués, à sortir davantage, à revenir une deuxième fois, alors que ce n’était pas forcément prévu», estime Khaoula Sabri, serveuse au Café des Sources.

lhu

«Lors du lancement de l’opération fin juillet, on avait entre quatre et cinq personnes par jour qui se présentaient avec le chèque. Ensuite, ça s’est calmé et la dernière semaine de l’offre, on a connu une grosse vague. On encaissait entre dix et quinze bons quotidiennement. Il y en avait pratiquement un par table», se souvient Khaoula Sabri, serveuse au Café des Sources. L’établissement de Plainpalais a connu une belle reprise depuis le déconfinement, puis les chèques ont donné un second souffle à la fréquentation. «Ça a poussé les clients, la plupart des habitués, à sortir davantage, à revenir une deuxième fois, alors que ce n’était pas forcément prévu», estime la jeune femme.

Plus de 33’000 bons écoulés

Lancée le 22 juillet, l’opération des chèques «restôbar» visait à relancer le secteur de la restauration genevois en offrant des cartes d’une valeur de 25 francs à tout résident genevois, à faire valoir auprès d’une vingtaine d’établissements du canton. Le projet, mis en place par Genève Tourisme & Congrès, sur l’impulsion du Grand Conseil, s’est achevé le 30 septembre, sur un bilan plus que positif. Il a séduit plus de 33’000 personnes, sachant qu’il était prévu de distribuer au maximum 37’000 bons. Coût total de l’opération: un million de francs. «C’est un exercice réussi de notre point de vue, se réjouit Adrien Genier, directeur de Genève Tourisme & Congrès. Nous avions très peu de temps et un budget limité, nous sommes heureux d’avoir relevé le défi et d’avoir pu contribuer à soutenir les cafetiers et restaurateurs du canton. Les derniers jours du mois de septembre, les restaurants affichaient tous complets.»

Nouveaux partenariats envisagés

Ravi d’avoir pu mettre en place une action «plus locale», Adrien Genier directeur de Genève Tourisme & Congrès ne veut pas en rester là. Pour lui, l’opération des chèques «restôbar» ouvre la porte à de nouvelles possibilités. «Grâce à ce projet qui a été un vrai travail d’équipe, nous nous sommes beaucoup rapprochés des professionnels de la restauration. Alors pourquoi pas envisager d’autres partenariats, comme par exemple dans le cadre d’événements, tels que des congrès ou des conférences, lorsqu’ils auront à nouveau lieu.»

Anne Besses, gérante de l’établissement «Au Grütli», confirme cet élan général des bénéficiaires peu avant la fin de l’opération. «Je me suis inscrite assez tard sur la liste des restaurants, mais la dernière semaine on a vraiment vu défiler les bons. On en a enregistré une cinquantaine.» Plus largement, la responsable salue la démarche qu’elle juge simple et efficace, notamment pour attirer une nouvelle clientèle. «Comme il y avait une liste d’établissements partenaires, les clients testaient des lieux où ils n’avaient pas l’habitude d’aller. Pas mal de personnes ont découvert notre restaurant de cette manière.»

«Ca nous met du baume au cœur»

Du côté de la Société des cafetiers, restaurateurs et hôteliers de Genève, le bilan est aussi positif. Son président, Laurent Terlinchamp, retient surtout le geste politique derrière cette action. «C’est une manière de reconnaître les difficultés rencontrées par notre profession. Voir que l’Etat est présent et nous soutient dans l’épreuve que nous affrontons, ça nous met du baume au cœur.» Bien que l’opération a été un succès, le responsable reste inquiet quant à l’avenir de la restauration. «C’est plus un soutien moral que financier. Notre situation reste précaire. La prévision est toujours de 30% de cessations d’activité. Certains ont pu sortir la tête de l’eau grâce aux terrasses cet été, mais avec l’hiver qui arrive, le pire est à venir», conclut Laurent Terlinchamp.

WelQome et ses 40 millions de francs

Dans le canton de Vaud, le gouvernement s’était allié à la société de vente en ligne QoQa pour lancer le 24 juin la plateforme WelQome. Résultat de l’opération qui s’est achevée le 24 septembre: près de 1465 commerçants ont placé des offres, plus de 350'000 bons ont été vendus, générant un montant de quelque 40 millions de francs. Sur les 15 millions de francs prévus au départ, 13 ont été utilisés. Une seconde opération pourrait voir le jour l’automne prochain.

Un second round possible à Fribourg

A Fribourg, c’est une enveloppe de 4 millions de francs qui avait été débloquée pour le lancement le 1er juillet de la plateforme en ligne kariyon.ch. L’opération a connu un succès fulgurant, puisque le fonds de soutient de l’Etat a été épuisé en moins de trois mois, générant 17 millions de francs. «Au vu du succès de l’opération, une proposition de rallonge de 2 millions de francs va être demandée aujourd’hui au Grand Conseil», confie Didier Castella, conseiller d’Etat fribourgeois chargé des institutions, de l'agriculture et des forêts.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
176 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

jojo

13.10.2020 à 21:51

Et apres sa pleure toujours a ce gaver ces restaurateurs

PAPAGAIO COPY-PASTE

13.10.2020 à 19:54

Je ne sais plus quoi copier, et je fais appel à mon perroquet.

Global Diseases

13.10.2020 à 17:41

Le personnel soignant démissionne en masse en France UK Italie pas en Suisse ou en Scandinavie étonnant, mieux payés sans doute !