Genève: A la frontière, des escrocs visent les automobilistes
Actualisé

GenèveA la frontière, des escrocs visent les automobilistes

De faux vendeurs de porte-clés se montrent agressifs envers les conducteurs. Le corps des gardes-frontière, qui collabore dans ce dossier avec la police française, met en garde la population.

par
dra
1 / 4
De faux vendeurs de porte-clés se montrent agressifs envers les conducteurs.

De faux vendeurs de porte-clés se montrent agressifs envers les conducteurs.

dr
Ils portent des gilets jaunes fluo et viennent frapper aux vitres des voitures pour vendre des porte-clés en forme de boules de billards.

Ils portent des gilets jaunes fluo et viennent frapper aux vitres des voitures pour vendre des porte-clés en forme de boules de billards.

dr
dr

Ils portent des gilets jaunes fluorescents et viennent frapper aux vitres des voitures pour vendre des porte-clés en forme de boules de billard. A vot' bon coeur, m'sieurs-dames, c'est pour une bonne œuvre! Tout est faux, évidemment. Les vendeurs, la plupart d'origine maghrébine notent les gardes-frontière, sont des escrocs qui opèrent aux passages frontaliers inoccupés. Ils peuvent se montrer agressifs verbalement et même physiquement. «Il faut éviter de s'arrêter et d'entamer le dialogue avec eux, prévient Michel Bachar, porte-parole du Corps des gardes-frontière genevois. Et surtout, ne les provoquez pas. On s'occupe de tout, ne le faites pas à notre place!»

En collaboration avec les forces de l'ordre françaises, les agents suisses sont intervenus à différentes reprises la semaine dernière. Suite à de nombreuses plaintes, ils ont appréhendé plusieurs individus. «On fait des interpellations en sandwich. S'ils fuient vers la France, nos collègues tricolores les interpellent. S'ils fuient vers la Suisse, c'est nous qui nous en chargeons.»

Le phénomène a pris de l'ampleur dernièrement, explique un communiqué publié ce mardi matin par le Corps des gardes-frontière. Semblable escroquerie avait déjà touché la zone franco-genevoise en mars 2007 et octobre 2009.

Ton opinion