Actualisé 08.05.2008 à 10:42

A la recherche d'une solution pour les gens du voyage

Le stationnement des gens du voyages préoccupe les députés fribourgeois.

Tous sont d'accord pour chercher une solution et le faire rapidement. Le gouvernement est aussi de cet avis. Mais concrètement, c'est un peu la bouteille à l'encre.

Les députés se sont prononcés jeudi à une écrasante majorité pour juger urgent un mandat déposé par les deux députés broyards Michel Losey (UDC) et Louis Duc (Alliance centre gauche) demandant au Conseil d'Etat d'entreprendre toutes les démarches nécessaires pour aboutir à une solution durable.

Pour mémoire, le mandat est le moyen constitutionnel dont disposent les députés fribourgeois pour amener le Conseil d'Etat à prendre des mesures ressortissant de son domanine de compétence.

Complications formelles

Le gouvernement devra donc lui fournir une réponse rapidement. Le parlement examinera le fond de l'affaire lors de sa prochaine session. Il aurait déjà dû le faire pendant cette session. Pour une raison formelle, cela n'a pas été possible.

Les deux mêmes députés avaient déposé une motion lors de la session d'avril. Le Grand Conseil avait une première fois voté l'urgence de la matière. Le Conseil d'Etat a jugé la motion irrecevable car la création d'une aire d'accueil relève de la compétence communale. Rebelotte des deux Broyards qui ont transformé jeudi leur motion en mandat.

Tollé

Le Conseil d'Etat a déjà essayé d'apporter une solution à la fréquentation accrue du canton par les gens du voyage. Il avait proposé deux terrains lui appartenant l'un à La Tour-de-Trême, l'autre à Granges-Paccot. L'affaire avait provoqué un tollé sans précédent de la part des autorités et de la population de ces deux communes. Le projet a été gelé.

Dans la foulée, la commune de Corpataux-Magnedens a proposé de fournir une aire. Mais à la condition d'obtenir une compensation de 2 millions de francs pour couvrir les frais d'équipements du site.

Les nombreux députés ayant des charges communales ne sont pas très chauds pour participer financièrement à une indemnité sans être assurés de pas avoir à payer une deuxième fois pour des gitans venant camper sur leur territoire. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!