Actualisé 06.07.2015 à 10:35

Tennis – WimbledonA la source du renouveau

Timea Bacsinszky s'est qualifiée pour son premier 8e à Church Road. Il y a deux ans, elle y avait effectué son come-back.

de
Grégory Beaud, Londres
La Vaudoise se sent ¬merveilleusement bien sur le gazon londonien.

La Vaudoise se sent ¬merveilleusement bien sur le gazon londonien.

C'était le 18 juin 2013. La joueuse de Belmont disputait son premier «vrai» tournoi, lors des qualifications en vue de Wimbledon. Sur les terrains de Roehampton, à quelques kilomètres du prestigieux All England Lawn Tennis Club, Timea Bacsinszky était associée à son coach, Dimitri Zavialoff, pour la première fois. Opposée à Madison Brengle, la Vaudoise s'était imposée en trois sets. Une victoire 6-3 1-6 6-4 qui illumine toujours le visage de la Suissesse, même 2 ans plus tard. «Je me souviens très bien de ce match, c'était comme si j'avais gagné un Grand Chelem», avoue la 15e joueuse mondiale. Elle avait ensuite perdu au second tour, mais était rentrée en Suisse avec l'intime conviction que c'était possible.

Aujourd'hui, Timea Bacsinszky n'a plus besoin de passer par le club huppé de Roehampton pour avoir le droit de fouler les courts de Wimbledon. Son statut de tête de série No 15 lui donne même le droit à un tableau à sa portée. Samedi, elle a été étincelante face à l'Allemande Sabine Lisicki, ancienne finaliste à Church Road. Une victoire 6-3 6-2 et des certitudes plein la tête. «Je suis contente d'avoir su m'adapter à toutes les situations et à toutes les adversaires, lors de cette première semaine», s'est-elle réjouie. Son 8e de finale à Church Road, le premier de sa carrière, elle le disputera face à la Roumaine Monica Niculescu, 48e joueuse mondiale. De quoi garder des ambitions légitimement élevées.

Twitter, @GregBeaud

Historique pour le tennis suisse

Lundi, Belinda Bencic, Timea Bacsinszky, Stan Wawrinka et Roger Federer seront engagés en 8es de finale, à Londres. Dans l'histoire du tennis à croix blanche, jamais tel tir groupé n'avait été réalisé en 2e semaine. «C'était presque attendu», a souri le Bâlois. La première nommée tombera peut-être sur l'os le plus dur à ronger, avec la Biélorusse Victoria Azarenka. Bacsinszky contre Niculescu, Wawrinka face à Goffin et Federer contre Bautista-Agut, eux, ont de bonnes chances de se qualifier.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!