A la vue de certains signes religieux, un malaise naît
Actualisé

A la vue de certains signes religieux, un malaise naît

Le port du voile ou de la kippa sont relativement rares, et pourtant ils suscitent souvent des réactions, voire des crispations amplifiées par certains partis.

«Oui, il y a des remarques, même si la kippa n'est pas beaucoup portée chez les garçons, les jeunes évitant de la porter en public.» Sabine Simkhovitch-Dreyfus, membre du comité de la communauté israélite de Genève, explique la crispation par la confusion qui est souvent faite avec le religieux, mais aussi par le sentiment que tout signe religieux extérieur est considéré aujourd'hui comme du prosélytisme.

Le licenciement d'une employée de British Airways qui portait une croix chrétienne autour du cou a suscité des réactions d'indignation. Si les personnes interrogées considèrent qu'il est juste de fixer des limites pour le port du voile ou d'une croix chrétienne dans la fonction publique, les avis sont plus partagés quand il s'agit de signes d'appartenance de simples citoyens, la crainte étant qu'à force de ne vouloir heurter personne on finisse par «aseptiser» la société, gommer toute aspérité.

«Je suis frappée de voir que les enseignants les plus craintifs sont ceux qui n'ont jamais été confrontés à un voile en classe», dit Myriam Darioli, enseignante de science des religions dans une école de commerce à Sion. Elle a effectué une étude sur la question et constate que le voile est systématiquement associé à la soumission de la femme, sans aucune nuance.

Pourtant les rares cas de signes religieux devraient plutôt nous ouvrir à la connaissance de l'autre. A cela s'ajoute bien sûr un vent politique, venu de l'UDC, qui pousse aux amalgames Avec un sourire, le délégué à l'intégration de Bâle-Ville, Thomas Kessler, souligne que sur 50 demandes de dispenses de piscine faites en 2005 à Soleure, les deux Bâles en Argovie et à Berne, quatre viennent de familles musulmanes et les quarante-six autres de familles... d'évangélistes !

Francesca Argiroffo (RSR)

«Virus», à vivre sur le site virus.rsr.ch et à écouter chaque vendredi à 7h15 sur RSR-La Première.

Ton opinion