16ème étape: A Martigny, la foule a pris congé des coureurs

Actualisé

16ème étapeA Martigny, la foule a pris congé des coureurs

Le Tour de France a quitté la Suisse mardi après avoir gravi le Col du Grand-Saint-Bernard (VS) sous un ciel clément et lourd. Il laisse derrière lui un public conquis et des commerçants satisfaits. Du côté de la sécurité, aucun problème n'est à déplorer.

La foule était dense à Martigny (VS) pour le départ de la 16e étape qui a emmené les coureurs de la Suisse vers Bourg-Saint- Maurice en France, avec un bref détour par le Val d'Aoste italien. Lors de la montée du col du Grand-Saint-Bernard, toit du Tour 2009 à quelque 2470 mètres d'altitude, applaudissements et encouragements ont accompagné les coureurs.

Lauriers pour Verbier

L'accueil réservé à la grande boucle par la Suisse et le Valais est qualifié d'»exceptionnel» par Christian Prudhomme. «A Verbier, la ferveur était la même que pour une Alpe-d'Huez grand cru sur une montée plus courte», s'est enthousiasmé le patron du Tour de France dans une interview parue mardi dans «Le Nouvelliste».

Mêmes propos flatteurs dans la bouche du champion suisse Fabian Cancellara: «Martigny et Verbier ont fait une grande chose pour le cyclisme suisse», a déclaré le Bernois à la Télévision suisse romande avant le départ d'Octodure.

La performance de Verbier, qui a reçu l'arrivée de la 15e étape dimanche, ainsi que celle de Martigny, ne peut être que de bon augure pour les candidatures valaisannes futures. Crans-Montana et Finhaut sont sur les rangs.

Affaires en or

Le Tour de France restera dans les annales de Verbier avec une ferveur populaire hors du commun, une affluence record et des affaires en or. Jamais en été la station du Val de Bagnes n'a connu un tel bain de foule, a précisé à l'ATS Pierre-Yves Délèze, secrétaire général du comité d'organisation de l'arrivée de l'étape à Verbier.

Même en hiver, quand les affluences records sont légions dans la station, la concentration n'est pas comparable, les touristes étant répartis notamment sur le domaine skiable. Les commerces ont particulièrement bien travaillé et tous les hôtels ont affiché complets.

Aucun incident

Du côté de la police cantonale valaisanne, on ne déplore aucun incident, que ce soit du côté du trafic, fortement restreint, ou des spectateurs. «C'est une grande satisfaction», souligne le chef de l'information Jean-Marie Bornet.

Jamais encore le Valais n'avait connu pareille affluence pour un événement sportif. Chacun a su faire preuve de patience et utiliser les infrastructures mises en place. Au sommet du col du Grand-Saint- Bernard, tous les parkings affichaient complets.

Saine fatigue

A l'instar de Pierre-Yves Délèze, les responsables de l'étape valaisanne du Tour de France n'ont pas compté leurs heures: «On n'a pas le temps de sentir la fatigue, on est simplement emporté par l'extraordinaire événement».

Le seul bémol est venu du canton du Vaud, qui a annoncé lundi qu'il ne paierait que la moitié des 300 000 francs qu'a coûtés le passage du Tour de france sur son territoire. Il a présenté le solde au comité d'organisation valaisan. Ce dernier est pour l'heure en négociation avec le Conseil d'Etat vaudois.

Le Tour a entamé sa dernière ligne droite. Dimanche 26 juillet, la 21e étape conduira les coureurs à Paris, sur les Champs-Elysées. (ats)

Ton opinion