Actualisé 22.12.2017 à 21:31

Députés français surbookés«À Noël, il va y avoir des ultimatums familiaux»

Des élus de La République en Marche (LREM) se plaignent du rythme infernal qui leur est imposé. Leur vie sentimentale et familiale serait en danger.

von
joc

Dur, dur d'être député La République en Marche (LREM). La semaine dernière, une élue se plaignait de ses problèmes d'argent, confiant aller moins souvent au restaurant et manger davantage de pâtes depuis qu'elle est au Palais Bourbon. Et à en croire des témoignages récoltés par «L'Opinion», il n'y a pas que les soucis financiers qui turlupinent les députés de la majorité. L'intensité du travail imposée créerait en effet de sérieuses difficultés dans la vie privée des élus.

François-Michel Lambert, député LREM des Bouches-du-Rhône, n'y va pas par quatre chemins: «On est parti pour un nombre de divorces sans précédent», annonce-t-il tout de go. Obligés de partager leur temps entre Paris et leur circonscription en région, les élus de province seraient les plus touchés par les fortes tensions familiales. Fin novembre, Fabien Gouttefarde, député LREM de l'Eure, confiait au «Figaro» que son fils de 6 ans avait demandé un chronomètre pour Noël, afin de «mesurer le temps» qu'il passait en sa compagnie.

Plus tôt, une élue se plaignait de devoir trop dépenser pour une baby-sitter à cause de ses interminables séances de nuit passées à débattre du budget 2018. Pour Bruno Bonnell, député LREM de Villeurbanne, les fêtes de fin d'année s'annoncent mouvementées pour les élus: «À Noël, il va y avoir beaucoup d'ultimatums familiaux, genre «si tu y retournes, je te quitte». On va avoir des surprises en janvier», professe-t-il. Le rythme ne risque en tout cas pas de calmer en début d'année prochaine, écrit le Lab. Un projet de loi sur l'immigration promet en effet de nombreux débats aussi animés que longs.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!