Internet - A nouveau censuré, le Joueur du Grenier veut attaquer YouTube en justice
Publié

InternetÀ nouveau censuré, le Joueur du Grenier veut attaquer YouTube en justice

La célèbre chaîne de rétrogaming n’en peut plus de voir ses vidéos suspendues par la plateforme de Google. Le vidéaste a annoncé sa volonté de répliquer par voie judiciaire après une énième censure de sa dernière vidéo.

par
Loïck Mauroux
Le JDG ne digère plus la censure aveugle de YouTube et ne voit pas d’autre solution que la voie judiciaire.

Le JDG ne digère plus la censure aveugle de YouTube et ne voit pas d’autre solution que la voie judiciaire.

Capture d’écran YouTube

On ne présente plus «Le Joueur du Grenier», pilier de la culture web française traitant de rétrogaming sur YouTube depuis 2009. Sauf que Frédéric Molas en a gros! Le visage de la chaîne ne digère plus la censure répétée de la plateforme sur ses vidéos. La dernière en date a été accompagnée d’un message bien pessimiste sur Twitter: «Jetez-vous dessus, j’estime sa durée de vie en version non censurée à quelques heures à peine!»

Cette scène contrevient à la politique de YouTube, tout comme certains mots comme «fesse» ou «pisser» selon le JDG.

Cette scène contrevient à la politique de YouTube, tout comme certains mots comme «fesse» ou «pisser» selon le JDG.

Capture d’écran YouTube

Et pour cause: des scènes de nudité pixélisées du jeu testé dans cet épisode du JDG laissaient malheureusement prévoir une intervention de YouTube. Cela n’a pas manqué. Même pixélisés, des passages de «Duke Nukem 3D» ont rendu la vidéo inaccessible au grand public pendant plusieurs heures. Elle est par ailleurs toujours indisponible pour les moins de 18 ans. «Le sponsor ne paie pas pour voir une vidéo accessible à 20% des gens», a expliqué Frédéric Molas.

Dégoûté par YouTube

Le «Joueur du Grenier» avait anticipé cette situation en publiant deux jours plus tard une deuxième vidéo complètement censurée des passages posant problème à la plateforme de Google. Dans cette dernière, il donne plus de détails sur la situation: «Je n’en veux absolument pas à la modération française, qui ne fait qu’appliquer la politique dictée depuis les États-Unis, mais la censure a atteint un degré de stupidité tel qu’on nous a demandé de biper des mots comme «fesse» ou «pisser»».

«Je pense que ce genre de chose va se multiplier pour nous à l’avenir, puisqu’il semblerait que YouTube vous considère tous comme des enfants sortis d’une crèche», poursuit-il. Il ajoute : «J’ai atteint un degré de dégoût envers cette plateforme tel que, même en sachant qu’il s’agit de notre principale source de revenus, je lui souhaite de crever. Produire du contenu avec un commissaire politique qui regarde par-dessus ton épaule en permanence pour te dire ce que tu as le droit de dire ou de ne pas dire, pour moi, ce n’est juste plus de la création.»

Voie judiciaire

Ce n’est pas la première fois que la situation se présente pour le JDG, puisque le même sort avait été réservé à l’épisode de «Papy Grenier» sur le jeu «Cyberpunk 2077». Même la vidéo de «Duke Nukem» censurée, publiée en plus de celle épinglée par la plateforme, a été brièvement interdite aux moins de 18 ans sur Youtube! Fatigué de cette censure répétée, Frédéric Molas ne voit pas d’autres solutuions que la voie judiciaire, comme il l’explique sur Twitter.

Ton opinion

55 commentaires