Actualisé 04.08.2009 à 17:04

3 cas en moins d'un moisA nouveau une évasion spectaculaire en Belgique

la troisième fois en moins d'un mois, un groupe de détenus belges s'est évadé mardi avec l'aide de complices, au nez et à la barbe des autorités.

Ce fait divers souligne le manque de moyens alloués à la sécurité dans les prisons et les palais de Justice du royaume.

La dernière «belle» s'est déroulée au Palais de Justice de Bruxelles, un bâtiment plus vaste que la basilique Saint-Pierre. Deux hommes armés et masqués ont aidé trois détenus à prendre la fuite en tenant en joue les huit «agents de sécurité» présents, selon des témoins. A la sortie du bâtiment, un complice les attendait dans une voiture.

Un syndicat a dénoncé le «problème récurrent» de la sécurité, soulignant notamment que les portiques sécurisés à l'entrée de certaines salles d'audience ne fonctionnent pas.

Le personnel de sécurité n'est armé que de matraques et de vaporisateurs de gaz lacrymogène et ne connaît pas le «profil» des prévenus qu'il accompagne, a souligné le syndicat.

Le ministre de la Justice, Stefan De Clerck, a estimé qu'une «erreur» avait été commise. Les trois prévenus, particulièrement dangereux, auraient dû êtres pris en charge par des policiers armés et non par le personnel de sécurité du palais.

Promesses d'aménagements

Les trois évadés devaient être jugés pour une prise d'otages au cours d'un vol à main armée en novembre 2007 en Flandre. Les truands avaient ensuite tiré en direction des policiers qui les avaient pris en chasse.

M. De Clerck a admis que le palais de Justice, une «icône de la ville de Bruxelles», n'était «pas le meilleur endroit des procès à risques». En attendant que le palais soit réaménagé, il a promis d'augmenter le nombre des caméras et d'agents de sécurité.

L'opération musclée de mardi survient deux semaines après l'évasion spectaculaire de trois dangereux repris de justice, qui se sont enfuis de la prison de Bruges à bord d'un hélicoptère détourné par des complices. M. De Clerck avait alors promis que des filets métalliques seraient disposés au-dessus de la cour de la prison.

Quelques jours plus tard, deux détenus de la prison de Merkplas, au nord de la Belgique, avaient simplement emprunté une échelle sur un chantier à l'intérieur du pénitencier pour sauter le mur.

En avril 1998, Stefan De Clerck avait été contraint de démissionner de son poste de ministre de la Justice à la suite de l'évasion du meurtrier et pédophile Marc Dutroux.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!