Actualisé 01.07.2020 à 05:02

Amérique latine

Un ministre brésilien démissionne pour avoir gonflé son CV

Carlos Alberto Decotelli, première personne noire à intégrer le gouvernement Bolsonaro, a quitté son poste mardi pour avoir menti sur ses titres universitaires.

de
Yona Helaoua
Carlos Alberto Decotelli et Jair Bolsonaro.

Carlos Alberto Decotelli et Jair Bolsonaro.

AFP

Le tout nouveau ministre brésilien de l’éducation a présenté mardi sa démission au président Jair Bolsonaro, cinq jours après avoir été nommé, pour avoir menti sur ses titres universitaires, a annoncé l’un de ses conseillers. Il n’avait même pas encore pris ses fonctions.

Carlos Alberto Decotelli avait été choisi pour être la première personne noire à intégrer le gouvernement Bolsonaro, remplaçant au portefeuille de l’éducation le sulfureux Abraham Weintraub, qui avait démissionné le 18 juin après une série de polémiques.

L’«ex-futur ministre», comme l’appelaient de nombreux médias ces derniers jours, avait revendiqué sur son curriculum vitae «un master à la fondation Getulio Vargas, un doctorat à l'université de Rosario, en Argentine et un post-doctorat à l'université de Wuppertal, en Allemagne».

«Conscient de son erreur»

Ces titres universitaires, cités par Jair Bolsonaro sur Twitter lors de la nomination du ministre ont tous été remis en cause les jours suivants. Lundi, le président Bolsonaro avait déclaré sur Facebook que Carlos Alberto Decotelli était «conscient de son erreur», tout en vantant ses qualités pour ce portefeuille. Il devait être le troisième titulaire en un an et demi d’un ministère secoué par les crises.

Le gouvernement Bolsonaro a connu depuis qu’il a pris ses fonctions en janvier 2019 une dizaine de démissions ou de limogeages de ministres, en raison de polémiques ou pour incompatibilité avec le président. Ce fut le cas récemment des deux derniers titulaires de la santé, en pleine pandémie de Covid-19.

Fervent «bolsonariste», Abraham Weintraub, prédécesseur de Carlos Alberto Decotelli, avait notamment fait sur Twitter des déclarations racistes antichinoises. Il avait également qualifié de «connards» les juges de la Cour suprême, estimant qu’ils devraient être «jetés en prison».

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!