Genève: A peine posée, la pelouse du stade souffre déjà
Actualisé

GenèveA peine posée, la pelouse du stade souffre déjà

Le gazon hybride du Stade de Genève, moitié synthétique, moitié naturel, a vu son état se dégrader cet hiver. Un député regrette un manque d'entretien de la pelouse qui a coûté 4 millions de francs.

L'état de la pelouse n'empêche par le Servett FC d'enchaîner actuellement les bons résultats.

L'état de la pelouse n'empêche par le Servett FC d'enchaîner actuellement les bons résultats.

Keystone/Magali Girardin

«Un pur scandale», «inacceptable», une «Genferei de plus». Le député UDC Christo Ivanov monte au créneau dans les colonnes du «GHI». Il dénonce «l'état lamentable» dans lequel se trouve la pelouse du Stade de Genève, pourtant posée il y a quelques mois seulement, l'été dernier. Actuellement, les équipes résidentes, le Servette FC et le Servette Rugby Club, ne peuvent accéder que de manière limitée au rectangle vert, pour ne pas l'abîmer davantage.

L'élu agrarien rappelle qu'«il s'agit d'un cadeau de plus de 4 millions de francs, entièrement financé par la Fondation Hans Wilsdorf» et regrette que la Fondation du Stade de Genève (FdS) n'ait pas su l'entretenir correctement. Le gazon hybride, mi-naturel, mi-synthétique, doit faire l'objet d'une attention particulière. Il doit être chauffé l'hiver et suivre une luminothérapie. Mais ça n'a pas été fait, faute d'une autorisation nécessaire et d'un matériel adapté. «En théorie, la pelouse est aussi performante que celle du Stade de France. On en est très loin», tonne Christo Ivanov.

Président de la FdS, Laurent Moutinot reconnaît que le gazon du stade «va carrément mal». Mais la situation devrait évoluer rapidement. L'autorisation qui manquait pour pouvoir chauffer la pelouse a été délivrée fin février, à titre provisoire certes, mais elle permettra de traiter la pelouse jusqu'à la fin de l'hiver. Des spots nécessaires à la luminothérapie ont été achetés et seront prochainement déployés. «Nous n'avons rigoureusement rien négligé, sachant qu'en été et en hiver, lorsque la pelouse est chauffée, le gazon se régénère, déclare l'ancien conseiller d'Etat. L'autre option aurait été de jouer encore sur l'ancienne pelouse jusqu'à obtention de l'autorisation de chauffage. Une solution dont personne ne voulait!»

(20 minutes)

Ton opinion