Course-poursuite mortelle: A quoi allaient servir les véhicules volés ?
Actualisé

Course-poursuite mortelleA quoi allaient servir les véhicules volés ?

Après la mort d'un jeune de 18 ans tué par un policier vaudois, de nombreuses zones d'ombre subsistent, notamment sur l'usage des véhicules volés.

Le jeune homme tué dimanche lors d'une course-poursuite venait de la région de Vaulx-en-Velin, en France. Si la police de l'Hexagone ne peut se prononcer sur cette affaire, la chef d'Etat major de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ), Murielle Anquet, estime que «la question va se poser de savoir à quoi ses véhicules allaient servir».

Plusieurs hypothèses possibles

«Je doute qu'ils aient volé ces berlines pour juste faire du rodéo», souligne Murielle Anquet. Reste la possibilité d'un trafic de voitures ou la commande de véhicules servant ensuite à commettre des infractions à l'étranger.

Depuis fin 2009, une dizaine de braquages ont secoué la ville de Lyon. Les malfrats, qui n'ont pas encore été appréhendés, s'attaquent à des bijouteries, à des sociétés de retraitement de métaux précieux ou encore à des ateliers familiaux de bijouteries. Lourdement armés, prêts à tout, ils n'hésitent pas à tirer si nécessaire. Un passant a d'ailleurs frôlé la mort de peu.

Aucun rapport entre les deux affaires

Ces braqueurs roulent avec de grosses berlines volées, type Audi ou WV, et qui possèdent des plaques d'immatriculation également dérobées. Est-il possible de faire un lien entre l'accident mortel de Lyss (BE) et les braquages à Lyon? Murielle Anquet refuse tout parallèle entre ces deux affaires. Quant au juge d'instruction fribourgeois, Olivier Thormann, il ne souhaite pas s'exprimer en l'état actuel de l'enquête: «Je ne travaille pas sur des suppositions, mais sur des faits.»

Selon certaines sources, le jeune homme décédé aurait été connu des services de police. Lors du journal télévisé de la TSR, on apprenait qu'il s'appelait Sébastien et qu'il travaillait dans l'entreprise familiale.

Ton opinion