Guerre en Ukraine: A Severodonetsk, les Ukrainiens «tiennent bon»

Publié

Guerre en UkraineÀ Severodonetsk, les Ukrainiens «tiennent bon»

Les forces ukrainiennes défendant la ville de Severodonetsk, dans l’Est, résistent malgré les assauts des troupes de Moscou. Mais les Russes sont «plus nombreux et plus puissants», a indiqué lundi le président Volodymyr Zelensky.

Le président Volodymyr Zelensky en visite le 5 juin sur le front dans la région de Zaporijia.

Le président Volodymyr Zelensky en visite le 5 juin sur le front dans la région de Zaporijia.

AFP

Selon Volodymyr Zelensky, qui s’exprimait lors d’une rencontre avec des journalistes à Kiev, la situation sur le front Est est «difficile». Les villes de Severodonetsk et celle jumelle de Lyssytchansk «sont aujourd’hui des villes mortes», a-t-il dit. «Nous tenons bon, mais ils sont plus nombreux et plus puissants», a lâché Volodymyr Zelensky, ajoutant que le commandement ukrainien «prendra des décisions selon la situation».

Selon le président ukrainien, entre 10’000 et 15’000 civils se trouvent encore à Severodonetsk, bombardée depuis des semaines par l’artillerie russe. Le gouverneur régional Sergueï Gaïdaï avait indiqué plus tôt lundi que la situation à Severodonetsk s’était «aggravée» pour l’armée ukrainienne, malgré une contre-attaque qui a permis de reprendre le contrôle de la moitié de la ville.

Le maire de la ville, Oleksandre Striouk, a pour sa part indiqué à l’agence ukrainienne UNIAN que «la situation changeait toutes les heures» et que «d’intenses combats de rue sont en cours», ainsi qu’un «duel d’artillerie».

Encore aux mains des Ukrainiens

Ce centre industriel est la plus grande agglomération encore aux mains des Ukrainiens dans la région de Lougansk (est), où les soldats russes ont avancé pas à pas ces dernières semaines après s’être retirés ou avoir été chassés d’autres parties du territoire ukrainien, notamment des environs de la capitale, Kiev.

L’armée russe tente actuellement de conquérir l’intégralité du Donbass, bassin minier de l’Est de l’Ukraine en partie aux mains de séparatistes prorusses depuis 2014.

(AFP)

Ton opinion

4 commentaires