Actualisé

JO 2020À Tokyo, Bencic se sent bien, et ça se voit

La Saint-Galloise s’est qualifiée pour les 8es de finale du tournoi olympique, lundi matin. Au contraire de Viktorija Golubic, qui a subi la loi de Naomi Osaka.

par
Jérôme Reynard
(Tokyo)
Belinda Bencic, conquérante.

Belinda Bencic, conquérante.

AFP

Une sur deux. Le bilan des Suissesses engagées lundi au deuxième tour du tournoi olympique de simple est conforme à celui que l’on pouvait attendre. Deux duels face à une Japonaise étaient au programme de Viktorija Golubic et de Belinda Bencic. Et seule la Saint-Galloise est parvenue à se qualifier pour les 8es de finale, après avoir pris le meilleur de Misaki Doi (WTA 93) en 1h24 et deux sets (6-2 6-4).

Efficace derrière ses premières balles (77,14% de points gagnés), Bencic a une nouvelle fois laissé une impression de solidité. «C’est le bon mot, convient-elle. Ce n’était pas mon meilleur match, mais j’ai fait ce qu’il fallait pour ne pas lui donner l’occasion de prendre le dessus.»

«C’est quelque chose de nouveau et ça fait du bien, par rapport à la routine du circuit WTA, dont on connaît les rouages par coeur»

Belinda Bencic

La 12e joueuse mondiale affiche une attitude particulièrement conquérante, à Tokyo. «Ce sont mes premiers Jeux, je suis vraiment excitée d’être là. C’est quelque chose de nouveau et ça fait du bien, par rapport à la routine du circuit WTA, dont on connaît les rouages par coeur. Au village olympique, on sent les sacrifices que chacun fait pour être aux JO. On voit tous les jours des athlètes qui ont gagné ou qui ont perdu, et on se dit qu’on n’est pas les seuls à traverser ce genre de moments.»

Belinda Bencic espère évidemment demeurer le plus longtemps possible dans le camp des gagnants. Pour cela, il faudra se débarrasser de la lauréate du dernier Roland-Garros, la Tchèque Barbora Krejcikova (WTA 11), au prochain tour.

Golubic a trop subi

De son côté, Viktorija Golubic devra désormais exclusivement miser sur le double (avec Bencic) pour rester en lice aux Jeux olympiques. Car la Zurichoise (WTA 49) n’est pas parvenue à faire vaciller la No 2 mondiale Naomi Osaka, lundi matin (6-3 6-2 en 65 minutes). Sur le court central de l’Ariake Tennis Park, l’icône japonaise, en mission sur ses terres après deux mois d’absence du circuit, a démontré sa supériorité tout au long de la rencontre.

Viktorija Golubic n’a pas trouvé la solution.

Viktorija Golubic n’a pas trouvé la solution.

AFP

Alors, certes, la Suissesse a longtemps bien résisté au premier set, en alignant d’intéressantes variations et quelques magnifiques enchaînements. Mais elle n’est jamais vraiment parvenue à inverser la tendance à l’échange, face à la puissance d’Osaka (13 coups gagnants à 6 dans cette manche), en particulier sur le service de la quadruple vainqueur en Grand Chelem (5 points marqués, dont 3 sur le dernier jeu du set).

«En début de match, quand elle servait moins bien, j’aurais dû en faire plus», peste Golubic, qui a fini par céder en se faisant breaker au neuvième jeu, tandis que la seconde manche n’a fait que confirmer l’impression laissée par la première, avec une Zurichoise toutefois moins dans le coup.

«Quand Naomi Osaka prend le jeu à son compte, c’est compliqué…»

Viktorija Golubic

«Le break a fait office de tournant. Et quand elle prend le jeu à son compte, c’est compliqué... Elle impose sa puissance, elle vous dicte son rythme, analyse la vaincue du jour, consciente d’avoir trop subi. Mais normalement, c’est ma force d’inverser la tendance à l’échange et j’aime aussi jouer dans le terrain. J’ai eu des opportunités de le faire, sauf que je les ai manquées. Il faut dire qu’elle excelle dans l’art de vous maintenir hors de position.»

Ton opinion

2 commentaires