Suisse: A trop frôler la mort, elle a fini par l'emporter
Actualisé

SuisseA trop frôler la mort, elle a fini par l'emporter

Grand spécialiste du «wingsuit», l'Alsacien Ludovic Woerth fait partie des deux personnes décédées en faisant du sport extrême le week-end dernier dans l'Oberland bernois

L'identité de Ludovic Woerth a été publiée lundi par la presse suisse, alors que des sites internet consacrés au Wingsuit annoncent son décès intervenu samedi.

Woerth, un Alsacien de 34 ans originaire du village de Kurtzenhouse, près de Haguenau (Bas-Rhin), avait découvert les sports extrêmes à l'âge de 20 ans, qu'il pratiquait dans sa région d'adoption, en Rhône-Alpes. Il habitait Magland, à une vingtaine de kilomètres de Genève.

Appelé «Videoman» dans son milieu, Ludovic Woerth filmait ses sauts avec une caméra sur la tête. Son compagnon, avec lequel il s'est tué samedi dernier, était un Neo-Zélandais, également connu dans le milieu du «wingsuit», Dan Vicary, 33 ans.

Ce dernier, tout comme Ludovic Woerth, était un professionnel du «wingsuit», avec plusieurs centaines de saut à son actif. Il vivait à Lauterbrunnen, dans le canton de Berne, depuis trois ans. Il y avait ouvert un magasin spécialisé dans les sports extrêmes.

Impressionnant passage sous l'Aiguille du Midi

Le troisième homme, qui a sauté avec eux depuis un hélicoptère, est à l'hôpital, grièvement blessé. Son identité et sa nationalité n'ont pas été révélées.

Vingt tués chaque année

Les trois hommes avaient sauté samedi, dans l'Oberland bernois, d'un hélicoptère dans la vallée du Luetschental. Pour une raison non précisée, ils sont tombés dans un pâturage.

Une vingtaine de personnes se tuent chaque année dans le monde en pratiquant le «wingsuit», un sport extrême consistant à s'élancer à haute altitude équipé d'une combinaison en forme de chauve-souris.

En août 2013, l'adepte de «wingsuit» Mark Sutton, qui s'était lancé d'un hélicoptère lors des jeux Olympiques de Londres de 2012 déguisé en James Bond, s'était tué sur une arête de montagne des Alpes suisses.

Week-end meurtrier

Le week-end dernier a été particulièrement meurtrier pour les sports extrêmes en Suisse, avec un autre accident mortel. La troisième victime est une Suissesse de 35 ans, décédée dimanche après un saut en «base jump».

Le base «base jump» est un saut extrême qui consiste à se jeter dans le vide depuis un point fixe et d'ouvrir ensuite son parachute.

La jeune femme a effectué son saut depuis le Mürrenfluh, situé dans la commune de Lauterbrunnen.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la jeune femme s'est rendue en compagnie de deux hommes à la base de départ «Nose». Elle s'est ensuite élancée en troisième position.

Pour une raison inconnue, elle s'est retrouvée en situation de vol instable et a heurté la paroi rocheuse alors que son parachute était ouvert.

La jeune femme s'est finalement écrasée au sol au pied de la falaise.

A Rio

(afp)

Ton opinion