Huit femmes accusent PPDA de violences sexuelles
Publié

France À visages découverts, elles accusent PPDA de violences sexuelles

Huit femmes racontent au quotidien «Libération» qu'elles ont été victimes de viols, d'agressions ou de harcèlement sexuel de la part de l'ex-présentateur du JT de TF1.

Alors que l'enquête pour viols visant l'ancien présentateur vedette du journal télévisé de TF1 a été classée sans suite, pour «prescription» ou pour «insuffisance de preuves», l'affaire rebondit grâce au témoignage de huit femmes dans le quotidien «Libération», qui accusent Patrick Poivre d'Arvor de viols, d'agressions ou de harcèlement sexuel.

«Ces femmes (ndlr: dont sept ont témoigné à visage découvert) racontent des histoires survenues avec PPDA, dont les faits pourraient relever des qualifications juridiques de viol, d'agression sexuelle ou de harcèlement». Stéphanie Khayat, une journaliste âgée de 51 ans, affirme ainsi avoir été violée deux fois dans le bureau du journaliste en 1994 et 1997. «Je ne l’entends pas s’approcher. Il me retourne brusquement face à lui, m’oblige à me baisser et enfonce son sexe dans ma bouche», raconte-t-elle.

Patrick Poivre d'Arvor, en octobre 2021. 

Patrick Poivre d'Arvor, en octobre 2021.

AFP

Ceinture défaite et pantalon baissé

Parmi les autres témoignages, Muriel Reuse, ancienne vice-présidente d'une filiale du groupe TF1, affirme avoir fait l'objet d'une tentative d'agression sexuelle. «Je n’ai pas le temps de réagir qu’il est déjà en face de moi, il essaie de m’embrasser, il défait sa ceinture et baisse son pantalon».

Selon Libération, l'affaire pourrait être relancée, neuf mois après le dépôt de plainte de l'écrivaine et chroniqueuse audiovisuelle, Florence Porcel. Cette dernière pourrait en effet déposer une nouvelle plainte pour viol avec constitution de partie civile. Elle accuse PPDA de l'avoir violée en 2009, des faits qui seraient alors non prescrits, mais que le parquet a jugés «insuffisamment caractérisés».

(pp)

Ton opinion