Actualisé 14.10.2013 à 20:33

Fribourg/Pejë (KOS)

Abattu ici, vengé au Kosovo

Deux hommes ont été tués dans l'ouest du pays en réponse au meurtre de Frasses (FR). A l'origine de cette vendetta, un conflit familial vieux de quinze ans.

de
Francesco Brienza

«Bientôt, il ne leur restera plus personne à assassiner», lance un Fribourgois d'origine kosovare. Cinq mois après la mort d'un père de famille broyard (lire encadré), deux hommes ont été abattus samedi dans la ville de Pejë, au Kosovo. «Ils ont été attaqués à la kalachnikov depuis une voiture en mouvement», indiquent plusieurs médias locaux. Même s'il est trop tôt pour l'établir formellement, ce nouveau drame semble être le dernier épisode d'une rivalité meurtrière qui oppose deux clans de l'ouest du pays depuis une quinzaine d'années. «Au moins onze personnes y ont déjà laissé leur peau, dont celle en Suisse, reprend ce proche de la victime de Frasses.

L'honneur lavé par le sang

Les causes du conflit restent obscures, mais elles semblent remonter à la guerre d'indépendance du Kosovo, en 1999. En 2000, la première victime était d'ailleurs un vétéran de l'armée de libération. Depuis, tous les crimes de sang ont été lavés par d'autres, en vertu du «Kanun», un code d'honneur antique. «Leur conflit est devenu un enjeu national chez nous», poursuit notre source. En 2007, le maire de Pejë – deuxième ville du pays – reconnaissait déjà «l'échec de la police et des tribunaux» face à ces drames. Président du Tribunal de la région, Esat Shala déplorait, lui, l'échec global de toute la société à cet égard.

La famille condamne la violence

La famille de la victime établie en Suisse a appris le nouveau drame par la police. Elle fait savoir qu'elle «déplore ces assassinats et ne cautionne pas la vengeance», précisant ne pas avoir d'indications sur les meurtriers.

Rappel des faits à Frasses

Le 11 mai dernier, un père de famille a été abattu devant femme et enfants par deux hommes devant son domicile fribourgeois. Ceux-ci l’ont criblé de balles avant de prendre la fuite. En août, la police fribourgeoise a mis la main sur un suspect dans le canton de Berne. Il s’agit d’un Kosovar de 31 ans toujours incarcéré aujourd’hui. Contacté hier, le procureur général Fabien Gasser a indiqué que la piste de la guerre de clans familiaux semblait se confirmer. «C’est pourquoi nous sommes en contact étroit avec les autorités kosovares», a-t-il précisé.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!