Actualisé

ElectrotechniqueABB a renoué avec la croissance en 2016

Le groupe zurichois annonce avoir dégagé un bénéfice net en hausse de 2% au regard de 2015.

Keystone/Archives/photo d'illustration

A la faveur d'une solide performance au 4e trimestre, ABB a renoué avec la croissance l'an passé. Malgré des revenus et des commandes en repli, le groupe électrotechnique zurichois a dégagé un bénéfice net de 1,963 milliard de dollars (1,958 milliard de francs), 2% de plus qu'un an auparavant.

Le chiffre d'affaires s'est tassé de 5% à 33,828 milliards de dollars, alors que les entrées d'ordres ont diminué de 8% à 33,379 milliards, indique mercredi le géant établi à Zurich. Ajustées des effets de change ainsi que des acquisitions et désinvestissements, les ventes ont fléchi de 1%.

Le résultat d'exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (EBITA) est pour sa part demeuré stable à 4,191 milliards de dollars. En termes ajustés, il a toutefois augmenté de 2%.

ABB a retrouvé le chemin de la croissance après avoir vu son bénéfice net chuter de 7% en 2014 et d'un quart l'année suivante. Après trois trimestres consécutifs de repli l'an passé, ABB a pu renouer avec la croissance au cours des trois derniers mois de 2016, malgré des revenus demeurant orientés à la baisse.

Bénéfice net trimestriel en forte hausse

Entre octobre et fin décembre, le groupe a vu son bénéfice net plus que doubler en l'espace d'une année, ce dernier passant de 204 à 489 millions de dollars. Le chiffre d'affaires s'est pour sa part hissé à 8,993 milliards, 3% de moins qu'un an auparavant. En termes constants, il a toutefois augmenté de 1%.

Les commandes ont stagné à 8,277 milliards de dollars, celles-ci présentant aussi une hausse de 3% hors effets de changes et différences au niveau du périmètre de consolidation. L'EBITA trimestriel s'est monté à 1,057 milliard de dollars, un montant inférieur de 4% à celui affiché douze mois auparavant.

Devant la presse réunie à Zurich, Ulrich Spiesshofer, le directeur général d'ABB a expliqué le tassement de la rentabilité du fait de la faillite d'un important distributeur en Turquie et de pertes de changes. Ces deux facteurs ont pesé à hauteur de 132 millions de dollars, a précisé le directeur financier sortant Erik Elzvik, lequel quittera le groupe à fin mars.

Reste qu'ABB a fait ses devoirs l'an passé, a poursuivi M. Spiesshofer. Poursuivant son programme de transformation entamé en 2014, la multinationale a continué de réduire ses coûts - le programme à cet effet se trouvant sur la bonne voie - tout en simplifiant son organisation.

Effectif en baisse

Ces efforts ne sont pas non plus restés sans effet sur l'effectif du groupe, lequel a ainsi passé durant cette période de près de 145'000 à 132'000 salariés. M. Spiesshofer a à ce titre noté qu'une grande partie de la réduction est intervenue au gré des fluctuations naturelles du personnel.

ABB est aussi parvenu à croître durant le 4e trimestre aux Etats-Unis et en Chine, ses deux principaux marchés. Sur une base comparable, les commandes de base, soit celles inférieures à 15 millions de dollars, ont augmenté de 11% en Chine, de 14% en Inde et de 6% dans le pays de l'Oncle Sam.

Evoquant le marché américain à la lumière de l'administration du président Donald Trump et d'éventuelles mesures protectionnistes, M. Spiesshofer s'est montré serein. Fort de ses 20'000 salariés aux Etats-Unis, ABB «produit aux USA pour les USA et nous sommes de ce fait une entreprise américaine», a dit l'Allemand.

Numéro un du marché américain des équipements pour la production électrique, ABB pourrait aussi bénéficier d'un programme d'investissement dans les infrastructures. Ces dernières années, l'entreprise a investi pas moins de 10 milliards de dollars aux Etats-Unis.

Titre en repli

La performance trimestrielle d'ABB s'est révélée supérieure aux attentes des analystes en matière de revenus et des commandes, alors que la rentabilité s'est inscrite en deçà des anticipations. Sondés par l'agence awp, les experts tablaient sur un chiffre d'affaires de 8,9 milliards de dollars et des entrées d'ordres de 8,11 milliards. Le bénéfice net était lui attendu à 569 millions et l'EBITA à 1,08 milliard.

Les investisseurs ont eux sanctionné les résultats. Vers 13h30 à la Bourse suisse, le titre ABB, en net repli, abandonnait 2,32% à 22,78 francs. Dans le même temps, l'indice Swiss Market Index (SMI) des valeurs vedettes du marché helvétique gagnait 0,14%.

Evoquant l'année en cours, M Spiesshofer s'est montré prudent, relevant qu'il s'agira encore d'un exercice de transition. Compte tenu des nombreuses incertitudes, ABB n'a pas fourni de prévisions chiffrées. Le directeur général du groupe n'a pas exclu un retour à une politique d'acquisitions, même si pour l'heure le prix à payer pour d'éventuelles cibles demeure élevé dans certains secteurs. (nxp/ats)

ABB sanctionné

La rentabilité en revanche a déçu. Ce grand écart ouvrait la porte à des interprétations contrastées des analystes.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!