Technologies : ABB dégage un bénéfice en légère hausse

Actualisé

Technologies ABB dégage un bénéfice en légère hausse

Affichant des ventes en hausse, ABB a accru sa rentabilité au 3e trimestre. Le groupe électrotechnique a dégagé un bénéfice net de 790 millions de dollars (694 millions de francs), 2% de plus qu'un an auparavant.

Le chiffre d'affaires a crû de 18% à 9,34 milliards de dollars, a annoncé jeudi l'entreprise établie à Zurich. Exprimée en devises locales, la croissance s'est inscrite à 11%. A l'exception de la division Automation des processus, laquelle a fléchi, toutes les unités du groupe ont accru leurs ventes en monnaies locales

La croissance reflète dans une large mesure l'acquisition en début d'année de Baldor Electric. Sans tenir compte de la consolidation du fabricant américain de moteurs, le chiffre d'affaires a affiché une hausse de 4%. Les revenus issus des services ont eux crû de 10% et ont représenté 16% du total.

Les entrées de commandes ont pour leur part gagné 20%, à 9,83 milliards de dollars. Exprimée en monnaie locales, la hausse s'est montée à 12%. La demande a été notamment portée par les produits visant à améliorer l'efficience énergétique, la productivité dans l'industrie et la fiabilité de l'approvisionnement électrique.

Forte croissance en Inde

Les commandes ont le plus fortement progressé dans la division Automation industrielle et moteurs, celle-ci présentant une croissance en devises locales supérieure à 50%. L'envol reflète là aussi la reprise de Baldor. Les domaines de la robotique et de l'électronique de performance ont aussi vu leurs ordres enregistrer une progression à deux chiffres, soit 15%.

En revanche les entrées de commandes des divisions Produits à basse tension et Automation industrielle et moteur (sans Baldor) ont affiché des commandes en repli par rapport au «très fort» 3e trimestre 2010 ainsi qu'aux trois mois précédents. ABB a notamment observé une demande en baisse pour certains produits industriels standard.

L'acquisition de Baldor a aussi dopé les commandes en Amérique du Nord et du Sud, les deux continents ayant affiché la plus forte progression. ABB y a toutefois aussi enregistré une croissance organique à deux chiffres.

En Europe, les ordres ont stagné dans une large mesure, alors que l'expansion s'est poursuivie en Asie, à la faveur d'une croissance à deux chiffres en Inde. Mais les entrées de commandes ont fléchi de 5% en Chine. A fin septembre, le carnet d'ordres se montait à 28,49 milliards de dollars, en hausse de 7%.

Moins bien qu'attendu

Côté rentabilité, le résultat d'exploitation (EBIT) s'est chiffré à 1,2 milliards de dollars, 3% de plus qu'un an auparavant. La réévaluation au prix du marché d'affaires avec des dérivés a amputé la performance de 100 millions de dollars, alors qu'elle avait eu un effet favorable à hauteur de 83 millions au 3e trimestre 2010.

Le programme visant à réduire les coûts de 1 milliard de dollars cette année a généré des économies de 270 millions de dollars au 3e trimestre. Après neuf mois en 2011, celles-ci atteignent 750 millions de dollars, environ.

Après neuf mois, le bénéfice net d'ABB ressort à 2,34 milliards de dollars, en hausse de plus d'un quart sur un an. Le chiffre d'affaires s'est lui étoffé de 22% à 27,42 milliards.

Jugée «solide» par le patron du groupe, Joe Hogan, la performance s'est révélée inférieure aux attentes des analystes. Interrogés par l'agence AWP, ces derniers tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires de 9,6 milliards de dollars, des commandes de 10,13 milliards, un EBIT de 1,29 milliard et un bénéfice net de 873 millions.

Titre en hausse

Contre toute attente, l'action ABB a ouvert la séance de jeudi à la Bourse suisse en nette hausse. Après quelques minutes de négoce, le titre du géant zurichois gagnait 1,22% par rapport à la clôture de la veille à 17,46 francs, dans un marché des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) rebondissant de plus de 2%.

A l'heure des prévisions, Joe Hogan, s'est montré très prudent pour la suite de l'année, alors que les perspectives à long terme demeurent favorable. Relevant dans un message vidéo les incertitudes caractérisant la croissance globale, l'Américain a estimé qu'ABB doit anticiper une éventuelle dépression économique.

(ats)

Ton opinion