Actualisé 20.02.2015 à 14:31

Suisse

ABB est confiant malgré le franc fort

Son patron Remo Lütolf a affirmé vendredi à Genève que le cours actuel du franc qui s'est affaibli face à l'euro est supportable, grâce à des gains de productivité.

Pour ABB Sécheron, une délocalisation de la production n'est pas d'actualité. «Le cours de l'euro se rapproche d'1 franc 10. Le défi est un peu moins grand que lors de l'abandon du taux plancher le 15 janvier», a déclaré Remo Lütolf à un groupe de journalistes.

Il a relevé que le groupe d'électrotechnique a pris des mesures de rationalisation depuis la revalorisation du franc en 2011. «Nous sommes confiants, nous avons amélioré notre compétitivité et nous bénéficions de contrats sur plusieurs années», a indiqué le responsable d'ABB Suisse.

Il a fait remarquer qu'ABB Suisse exporte un tiers seulement de sa production vers la zone euro, le reste en zone dollars, moins touchée par l'évolution du franc. Le groupe peut en outre acheter les matières premières en euros à des prix plus bas.

Délocalisation pas d'actualité

«Une délocalisation de la production n'est pas d'actualité», a réagi pour sa part Jean-Luc Favre, directeur général d'ABB Sécheron et responsable des activités ferroviaires mondiales du groupe ABB.

«Nous avons des atouts pour limiter l'impact du franc fort», a-t-il affirmé sur le site des ateliers d'ABB Sécheron à Meyrin-Satigny. Il a mis en valeur les compétences et les innovations qui ont permis de développer les activités ferroviaires d'ABB.

Le marché ferroviaire est très porteur. Depuis 2004, pour le groupe ABB, il a passé de 214 millions de francs à 1,7 milliard l'an dernier, soit une croissance annuelle moyenne de 23%.

Production multipliée par dix

En dix ans, la production de transformateurs de traction d'ABB Sécheron a été multipliée par dix. L'an dernier, les 350 employés d'ABB Sécheron ont produit un record de mille transformateurs, soit plus de 50% du marché mondial, pour tous les géants du rail, Alstom, Bombardier, Siemens, Stadler.

ABB Suisse a dégagé l'an dernier un chiffre d'affaires en légère baisse de 3,41 milliards de francs, contre 3,55 milliards en 2013. Mais les entrées de commandes ont progressé de 5% à 3,48 milliards.

ABB Suisse occupe 6640 employés sur un total de 140'000 collaborateurs du groupe basé à Baden (AG). Son portefeuille de commandes représente le 9% du total du groupe et 20% du budget de la recherche-développement d'ABB est investi en Suisse, soit 267 millions de francs.

Potentiel d'innovation

«C'est une contribution supérieure à la moyenne du groupe. Le site industriel suisse est et restera important pour ABB», a déclaré Remo Lütolf. Il a mis en valeur un potentiel d'innovation considérable dans le domaine de l'efficacité énergétique. Tout au long de la chaîne énergétique, des centrales au transport, de l'industrie aux bâtiments, des réductions de 20 à 30% de la consommation d'énergie sont possibles.

En 2012, les entraînements ABB installés dans le monde entier ont permis d'économiser 350 millions de mégawatt/heure, l'équivalent des besoins annuels de 85 millions de foyers de l'Union européenne, soit une réduction de 300 millions de tonnes de CO2.

Autre exemple: la livraison de 200 convertisseurs pour la modernisation des locomotives 2000 des CFF, une commande de 69 millions qui sera traitée sur le site de Turgi (AR), permettra d'économiser l'équivalent de la consommation annuelle d'électricité de 6750 foyers. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!