Visite surprise: Abbas premier dirigeant palestinien en Irak depuis 2003

Actualisé

Visite surpriseAbbas premier dirigeant palestinien en Irak depuis 2003

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est arrivé dimanche pour une visite surprise à Bagdad, la première d'un dirigeant palestinien en Irak depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003, a annoncé la télévision publique irakienne.

En visite dimanche à Bagdad, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a «remercié» l'Irak pour «avoir pris soin» des Palestiniens vivant dans cet Etat.

Cela alors que depuis 2003 plus de la moitié d'entre eux ont quitté le pays pour fuir les violences à leur encontre.

«Nous remercions le gouvernement irakien pour avoir pris soin de nos citoyens», installés dans ce pays après l'exil de 1948, a déclaré M. Abbas lors d'une conférence de presse avec son homologue irakien Jalal Talabani.

«Le président Talabani considère cela (la question des Palestiniens en Irak) comme un élément de la sécurité en Irak», a ajouté le leader palestinien.

«Nous ne sommes pas des étrangers dans ce pays. L'Irak a toujours été au côté de la Palestine et l'armée irakienne a pris part aux affaires palestiniennes», a-t-il dit en référence à la participation de soldats irakiens aux guerres contre Israël depuis 1948.

Il s'agit de la première visite d'un dirigeant palestinien en Irak depuis la chute en 2003 du régime de Saddam Hussein, dont Yasser Arafat avait été l'un des rares soutiens arabes lors de l'invasion du Koweït en 1990.

Cibles des milices chiites

Après l'invasion américaine de mars 2003, la communauté palestinienne a très vite été la cible des milices chiites qui les accusaient d'avoir été privilégiés par le régime de Saddam Hussein. Très populaire dans les territoires palestiniens, ce dernier accordait une aide financière aux familles d'auteurs d'attentats suicide anti-israéliens.

Selon l'ONU, «sur les 34'000 Palestiniens vivant en Irak en 2003, moins de 15'000 sont restés après les attaques répétées dont ils faisaient l'objet».

«Les Palestiniens en Irak ont été évincés de force, arrêtés arbitrairement, détenu de manière abusive, publiquement diffamés, enlevés, torturés et tués», estime le Haut commissariat aux réfugiés (UNHCR) dans un rapport.

Selon des chiffres officiels palestiniens, au total des centaines de Palestiniens ont été tués ou sont portés disparus depuis le renversement de Saddam Hussein.

L'Irak «commence à guérir»

MM. Abbas et Talabani ont eu des entretiens dans sa résidence présidentielle au centre de Bagdad. Une rencontre avec le Premier ministre Nouri al-Maliki avait également été prévue lors de la préparation de la visite du leader palestinien.

«Nous voyons les grands progrès réalisés en Irak, dans la sécurité, dans la démocratie et dans tous les aspects de la vie», s'est félicité M. Abbas en estimant que l'Irak «commençait à guérir».

Bagdad cherche à retrouver une diplomatie active alors que la baisse des violences permet de croire à un début, timide mais réel, de normalisation du pays.

Premier conseil des ministres de Netanyahu

En Israël, le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu a présidé dimanche le premier conseil des ministres hebdomadaire de son gouvernement qui, avec ses 30 ministres, est le plus large de l'histoire du pays.

«Au cours des semaines à venir, nous allons mettre au point une politique pour faire avancer la paix et la défense» d'Israël, a affirmé M. Netanyahu.

(afp)

Ton opinion