Actualisé 24.03.2016 à 12:04

Attentats de BruxellesAbdeslam pas au courant des attentats de mardi

Salah Abdeslam veut rentrer en France le plus vite possible, selon son avocat Sven Mary. Son audition a été reportée au 7 avril, a également indiqué son défenseur.

«Je verrai la juge d'instruction pour qu'elle ne s'oppose plus elle-même à ce départ et à cette remise en France, qui pourra se faire, on espère (...) dans les plus brefs délais», a dit Me Mary, à l'issue d'une audition devant la chambre du Conseil à Bruxelles. «Il souhaite repartir en France le plus vite possible parce que je pense (...) qu'il veut s'expliquer en France», a ajouté Me Mary. Il a ajouté avoir obtenu un report au 7 avril de son audience devant la chambre du Conseil belge, qui devait statuer jeudi sur le maintien en détention de son client.

L'avocat de Salah Abdeslam a également indiqué que son client «n'était pas au courant» des attentats survenus mardi à Bruxelles. Interrogé par une journaliste qui lui demandait si son client incarcéré en Belgique avait connaissance de ces attaques, Me Mary a répondu en anglais qu'«il n'était pas au courant», à la sortie d'une audience devant la chambre du Conseil, une juridiction d'instruction belge.

Le dernier rescapé présumé des attentats du 13 novembre à Paris avait dans un premier temps annoncé son intention de former un recours contre sa remise aux autorités françaises, qui en ont fait la demande via un mandat d'arrêt européen. L'audience d'exécution du mandat d'arrêt européen est prévue le 31 mars à Bruxelles.

Il ne collabore plus

Par ailleurs, Salah Abdeslam n'a pas collaboré avec les enquêteurs depuis les attaques de mardi à Bruxelles. Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune Français d'origine marocaine semble avoir eu un rôle central dans la constitution des commandos du 13 novembre, en participant à l'arrivée de jihadistes en Europe.

«Je pense qu'il voulait d'abord me voir parce qu'il a eu la visite des enquêteurs hier» (mardi), a déclaré l'avocat d'Abdeslam, Me Sven Mary, dans cet entretien réalisé mercredi soir. «Hier, il n'a pas collaboré?», demande un journaliste d'Europe 1 à l'avocat, qui répond brièvement: «Non.»

«Je ne voudrais pas qu'il se referme pour plein de choses. S'il se refermait, ça nous mettrait devant d'autres Zaventem et d'autres Bataclan, c'est peut-être ça que je veux éviter», a-t-il ajouté.

Il «reprend du poil de la bête»

Interrogé sur ce que pense son client des attentats qui ont endeuillé Bruxelles mardi, l'avocat répond: «Je ne veux pas savoir ce qu'il en pense. A ce stade-ci, c'est pas encore important.»

Salah Abdeslam, blessé au cours de son interpellation le 18 mars dans la commune bruxelloise de Molenbeek, «se remet petit à petit de sa blessure, qui n'était pas une blessure grave», a ajouté l'avocat. Il «reprend du poil de la bête», a-t-il dit.

Arrêté après quatre mois de cavale, Salah Abdeslam a été inculpé de «participation à des assassinats terroristes» et de «participation aux activités d'un groupe terroriste» par la justice belge. Il est incarcéré dans la prison de haute sécurité de Bruges, dans le nord-ouest de la Belgique.

Aux premières heures de son audition, Sven Mary avait déclaré à la presse que son client collaborait avec les enquêteurs. (20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!