Attentats de Paris: Abdeslam retenu pendant 30 minutes le 14 novembre

Publié

Attentats de ParisAbdeslam retenu pendant 30 minutes le 14 novembre

Le terroriste a été contrôlé pendant une demi-heure par des gendarmes français alors qu'il rentrait vers la Belgique le jour suivant les attentats de Paris.

par
joc
1 / 277
kein Anbieter
23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

BFM TV
16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

Capture d'écran BFM TV

Le lendemain des attentats du 13 novembre 2015, Salah Abdeslam a été contrôlé de manière aléatoire par des gendarmes français alors qu'il était en train de rentrer en Belgique. C'est le journal «Le Soir» qui révèle cette information, citant deux députés belge et français, membres des commissions d'enquête sur les attentats de Paris et de Bruxelles. Selon le média belge, Abdeslam et ses acolytes Mohammed Amri et Hamza Attou ont été retenus pendant trente minutes par les gendarmes sur une aire de stationnement à Cambrai (nord).

Alors qu'une vérification d'identité doit normalement durer 5 à 10 minutes, les agents ont eu des doutes. Selon les rapports de minutage de l'événement, ils ont utilisé toutes les procédures à l'endroit des trois hommes avant de les laisser partir. Les gendarmes français n'avaient reçu aucune information concernant le fichage de Salah Abdeslam pour radicalisation en Belgique. Dans son rapport final qui doit être présenté le 5 juillet, la commission d'enquête française n'a donc pas retenu de faute à l'encontre des gendarmes impliqués.

«La Dernière Heure» indique par ailleurs que Lazez Abraimi, le troisième suspect arrêté à Bruxelles après les attentats de Paris, a été libéré sous condition. L'homme était suspecté d'avoir aidé Abdeslam, mais a toujours nié. Il est toujours inculpé d'association terroriste et de 132 assassinats terroristes. Son avocat, Sven Mary, a confirmé sa remise en liberté.

Ton opinion