Renvois forcés: Accompagnement médical des vols pas encore réglé
Actualisé

Renvois forcésAccompagnement médical des vols pas encore réglé

On ne sait toujours pas qui assurera dès le mois de juillet l'accompagnement médical des ressortissants étrangers renvoyés de force par avion.

La société privée qui s'en charge jusqu'à fin juin émet des critiques contre l'Office fédéral des migrations (ODM). Celui-ci étudie des alternatives à la situation présente.

L'ODM n'a à aucun moment fait part de ses démarches et décisions à Oseara Sàrl, l'entreprise qui détient ce mandat depuis avril 2012, s'est insurgé vendredi dans la «Neue Zürcher Zeitung» son directeur Adrian Businger. Le journal zurichois a fait part d'une modification de la stratégie pour l'attribution du mandat de l'accompagnement médical.

L'entreprise Oseara Sàrl, active dans le cadre d'un projet pilote, n'a pas été reconduite l'été dernier lorsque l'ODM a lancé un appel d'offres pour trois ans. Pourtant, la société sise à Stans (NW) avait été la seule à fournir une candidature répondant à toutes les exigences techniques.

Mais la société se trouvant alors dans un processus de restructuration, elle n'a pu recevoir le mandat, a expliqué vendredi à l'ats la responsable de la communication de l'ODM Gaby Szöllösy. Du coup, l'ODM ne lui a pas accordé le contrat de trois ans, et a prolongé la phase pilote jusqu'en juin 2013, sans que la qualité du travail de Oseara ne soit mise en cause.

Plusieurs variantes

L'ODM a procédé fin avril à l'analyse du projet pilote. Il étudie pour l'heure différentes options pour l'organisation du modèle. Une solution autre qu'une société privée serait envisageable, a ajouté Gaby Szöllösy, sans vouloir en dire plus.

L'ODM devrait communiquer sa décision avant la fin juin. Les accompagnements médicaux sont pour l'heure assurés, a souligné sa responsable de communication. (ats)

Ton opinion