Ukraine: Accord signé pour un retrait des armes lourdes
Actualisé

UkraineAccord signé pour un retrait des armes lourdes

L'Ukraine et les rebelles prorusses de l'Est séparatiste ont signé des accords pour commencer le retrait d'armes lourdes de la ligne de front, a annoncé un haut responsable militaire ukrainien.

1 / 901
14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

Reuters
03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

Keystone
20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

epa/Roman Pilipey

Les rebelles prorusses vont entamer dimanche le retrait d'armes lourdes dans l'est de l'Ukraine, ont-ils annoncé. Cela pourrait traduire leur volonté d'interrompre leur avance maintenant qu'ils tiennent la ville stratégique de Debaltseve. Sur le terrain, les combats ont diminué d'intensité.

Le processus de retrait d'armes lourdes de la ligne de front dans l'est du pays va s'étaler sur deux semaines. «Le plan a été signé hier soir (...) A partir d'aujourd'hui, on a deux semaines pour retirer les armes lourdes», a dit Edouard Bassourine, un commandant rebelle cité par l'agence de presse russe Interfax.

Une autre agence russe, Tass, rapporte d'autres propos d'Edouard Bassourine selon lesquels les modalités du retrait ne sont pas encore arrêtées. Le retrait effectif des armes ne devrait débuter que mardi, selon lui.

Andriy Lissenko, porte-parole de l'armée ukrainienne, a déclaré ne pas être en mesure dans l'immédiat de confirmer que les rebelles ont entamé le retrait des armes lourdes.

Echange de prisonniers

L'annonce par les rebelles du retrait d'armes lourdes survient quelques heures après un échange de près de 200 prisonniers entre les deux camps (139 soldats ukrainiens et 52 combattants rebelles). Cela pourrait traduire leur volonté de respecter davantage l'accord de paix dit «Minsk 2» maintenant qu'ils tiennent Debaltseve, un de leurs principaux objectifs militaires.

Ce retrait des armes lourdes figure parmi les principaux points de l'accord «Minsk 2». Celui-ci a été signé le 12 février dans la capitale biélorusse au terme de négociations entre les dirigeants ukrainien, russe, allemand et français.

Selon «Minsk 2», les deux parties doivent retirer «toutes les armes lourdes» afin d'établir une zone tampon. Celle-ci aura une largeur de 50 kilomètres à 140 kilomètres en fonction du type d'armes lourdes.

Nouvelles attaques

Les combats ont diminué d'intensité dans plusieurs zones depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu dimanche passé. L'accord a cependant été violé à de nombreuses reprises, notamment avec la prise mercredi par les rebelles de Debaltseve, qui a obligé plusieurs milliers de soldats de l'armée régulière à battre en retraite.

Ces deux derniers jours, les combats se sont plus ou moins calmés sur une bonne partie de la ligne de front. Dimanche, l'armée ukrainienne a fait état de 12 attaques rebelles sur des positions gouvernementales depuis samedi soir.

Le service d'information des rebelles DAN a rapporté que des troupes ukrainiennes ont bombardé certains quartiers de Donetsk. Elle a signalé que des tirs d'artillerie ont été entendus dans la ville dimanche en début de matinée. (ats)

Ton opinion