Justice genevoise: Accusée de n'avoir pas défendu sa fille

Actualisé

Justice genevoiseAccusée de n'avoir pas défendu sa fille

Le procès d'une mère accusée de n'être pas intervenue quand son mari a brutalisé leur fille a eu lieu mardi devant le Tribunal de police de Genève.

Le dimanche 26 août 2007, son époux découvrait que leur fille âgée d'une quinzaine d'années utilisait une adresse électronique qui lui était inconnue. Comme elle refusait de lui donner son mot de passe, l'homme l'a frappée et lui a rasé la moitié du crâne, après l'avoir menacée de mort. Condamné en novembre 2009 à 30 mois de prison, dont six mois ferme, l'homme a fait recours.

Interdiction de parler

Lors des faits, la mère n'a non seulement pas tenté de protéger son enfant, elle a même proposé de couper ses ongles et a ri lorsque son mari lui a coupé les cheveux, a souligné Corinne Arpin, avocate de la fille. Le lendemain, elle lui a interdit de parler de ce qui s'est passé, puis a fui à l'étranger avec ses deux autres filles et a évité les appels de la police. Et elle a menti sur de nombreux points.

Pour le Parquet, l'accusation repose essentiellement sur les déclarations, constantes et crédibles, de la fille qui a souffert d'un important stress post traumatique. Agissant par sadisme en augmentant la violence de son mari, la mère a violé son devoir d'assistance et est complice de lésions corporelles simples.

«Histoire invraisemblable»

«L'histoire de la fille est totalement invraisemblable», a souligné Dina Bazarbachi, avocate de la mère. Elle est incompatible avec les lésions constatées et le témoignage d'une amie de l'adolescente. Or, il est tout a fait possible que cette adolescente ait décompensé et fait une crise de nerfs à l'idée que ses parents voient ses photos suggestives sur Internet, a indiqué Me Bazarbachi.

Si l'enfant a menti, c'est afin de pouvoir rester à Genève, contrairement au projet de sa famille, qui vit désormais en Algérie. Le doute doit donc bénéficier à l'accusée, a plaidé la défense. Le jugement tombera prochainement. (ats)

Ton opinion