Actualisé

ZurichAccusés d'avoir torturé à mort leurs deux victimes

Trois prévenus comparaissent pour deux assassinats aux motifs crapuleux, en 2016.

par
jbm/JEN
1 / 5
T. (photo), sa femme C. ainsi qu'un complice sont accusés d'avoir tué un trentenaire, en juin 2016 à Boppelsen (ZH). Le trio serait également responsable de la mort d'un jeune homme de 25 ans, en avril de la même année, à Utzigen (BE).

T. (photo), sa femme C. ainsi qu'un complice sont accusés d'avoir tué un trentenaire, en juin 2016 à Boppelsen (ZH). Le trio serait également responsable de la mort d'un jeune homme de 25 ans, en avril de la même année, à Utzigen (BE).

C. était sortie de détention provisoire en juillet 2017.

C. était sortie de détention provisoire en juillet 2017.

Le cadavre du jeune homme de 25 ans avait été retrouvé dans le jardin du domicile du couple.

Le cadavre du jeune homme de 25 ans avait été retrouvé dans le jardin du domicile du couple.

Google Street View

Un procès qui doit durer quatre jours s'est ouvert hier au Tribunal de district de Bülach. Dans le box des accusés, un homme et son épouse, tous deux âgés de 29 ans, et un complice de 36 ans. Ils sont notamment accusés d'avoir commis un premier assassinat au printemps 2016, à Boppelsen. L'une des victimes était un trafiquant de drogue qui devait de l'argent et de la marijuana au couple de prévenus. Comme le vendeur de drogue n'avait pas voulu dire où il cachait ses stocks de stupéfiant et son argent, ils l'auraient tué. Ils en auraient profité pour voler sa voiture. La seconde victime était le propriétaire d'un camion. Il avait mis en vente son véhicule, que l'accusé principal et son complice présumé auraient décidé de dérober.

Le pot aux roses a été découvert lorsque les suspects ont voulu mettre en vente le poids lourd. Un acheteur a flairé l'arnaque et alerté la police. L'enquête a permis de découvrir le cadavre du propriétaire du camion, puis celui du dealer, tué un mois et demi auparavant. Selon le Ministère public, l'accusé principal a placé du ruban adhésif sur la bouche et le nez des deux victimes, de sorte qu'elles suffoquent lentement et restent conscientes le plus longtemps possible.

Au premier jour du procès, celui qui apparaît comme l'accusé principal, un Suisse habitant le canton de Berne, a nié avoir planifié les deux meurtres. Derrière ces forfaits se cacherait la mafia serbe, à qui il devait de l'argent. Ce n'est que parce qu'il était menacé d'être tué qu'il a commis ces deux meurtres.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!