Suisse: Achat de munitions controversé à l'armée
Actualisé

SuisseAchat de munitions controversé à l'armée

Un ex-collaborateur de l'Office fédéral de l'armement a bénéficié d'un contrat de 110 millions de francs pour l'achat de munitions. Copinage? Armasuisse s'en défend.

par
cht/nxp
Ce sont des munitions telles que celles-ci qui seront produites à Soleure.

Ce sont des munitions telles que celles-ci qui seront produites à Soleure.

Keystone

L'armée vient de passer une commande qui sent la poudre. En effet, elle a décidé d'acheter pour 110 millions de francs de munitions à l'entreprise soleuroise, Saltech. Une petite firme qui a damé le pion à la grande Ruag et à la norvégienne Nammo qui avait déjà livré des munitions à la Suisse dans les années 90, deux entreprises également sur les rangs pour ce juteux contrat.

Mais ce n'est pas la commande elle-même qui est controversée, raconte l'Aargauer Zeitung mardi. En effet, elle avait été approuvée par le Parlement en septembre dernier. Le hic, c'est que le président de Saltech, Andreas Stauffer, a travaillé auparavant pendant des années pour Armasuisse, soit l'Office fédéral de l'armement. En outre, le dirigeant a longtemps collaboré avec l'actuel directeur général de l'armement, Martin Sonderegger, un homme avec lequel il est en outre ami.

Des dispositions spéciales

Faut-il y voir du copinage? «Sachant que M. Stauffer avait travaillé avec nous et que cela pouvait soulever des questions, nous avons pris des dispositions spéciales. Ainsi, toutes les offres ont été découvertes en même temps, en présence d'un avocat», se défend Martin Sonderegger dans le journal argovien. Il affirme en outre qu'Armasuisse a tout fait pour que les choses soient faites correctement. «Nous étions conscients du problème et nous voulions aborder ce thème ouvertement et de manière transparente.»

Selon l'Aargauer Zeitung, Saltech l'aurait emporté face à ses concurrents grâce à ses prix les plus bas. En outre, selon la firme soleuroise, celle-ci se dit bien préparée pour la production des munitions demandées. La grande majorité des composants est fabriquée en Suisse et est assemblée dans l'usine de Dulliken (SO), affirme-t-elle.

Ton opinion