Suisse: Acheter pour louer, un filon qui séduit davantage
Actualisé

SuisseAcheter pour louer, un filon qui séduit davantage

Un nombre croissant de petits investisseurs se transforment en bailleurs. Jusqu'ici, ils ont été gagnants.

par
man

Très en vogue en Grande-Bretagne, le «buy to let» séduit de plus en plus de Suisses. Alors qu'en 2008, les demandes de prêts en vue de l'achat d'un appartement pour le mettre en location représentaient moins de 10%, UBS en enregistre à présent 20%. La tendance est la même à Credit Suisse, remarque la «Schweiz am Sonntag».

Ces nouveaux propriétaires, qui deviennent des bailleurs, ne sont généralement pas de très grosses fortunes. Ils disposent de moins d'un demi-million de francs, d'après les instituts bancaires. Il s'agit pour la plupart de retraités qui cherchent une alternative aux maigres intérêts qu'ils peuvent tirer des obligations, selon le journal dominical. Au cours des dernières années, le «buy to let» a d'ailleurs été une stratégie d'investissement gagnante. De 2002 à 2012, son taux de rendement a en effet été de 6,5%. A l'heure actuelle, les investisseurs ne peuvent plus espérer un tel revenu.

Les cinq plus grandes villes de Suisse ne sont pas les plus attrayantes pour ce type de business, relève l'expert d'UBS Mathias Holzhey. A Zurich, Genève, Bâle, Lausanne et Berne, les prix sont déjà trop élevés. Des plus petites villes comme Schaffhouse ou Baden (AG) seraient les plus intéressantes pour les investisseurs.

Ton opinion