Armes sur internet: Acheter un AK47 sur Internet? C'est possible...
Actualisé

Armes sur internetAcheter un AK47 sur Internet? C'est possible...

Le web permet, directement ou pas, aux amateurs d'armes de se fournir en calibres de guerre interdites à la vente en France, assurent les experts.

S'il n'est évidemment pas possible de trouver une kalachnikov (AK47) en vente libre sur un site marchand en France, il n'est pas très compliqué de s'en procurer une ailleurs, ou de trouver des sites spécialisés, des forums qui permettront de nouer les contacts nécessaires pour réaliser la transaction au marché noir.

«C'est sur Internet, mais c'est aussi du marché noir», dit Patrice Bouveret, directeur de l'Observatoire des armements. «C'est surtout un instrument de mise en contact des gens. Vous ne trouverez pas une kalachnikov de suite, payable par carte bleue, livrable par La Poste. Ce n'est pas Amazon, mais vous pouvez entrer en contact avec des gens qui peuvent en vendre. Cela se passe par rebonds, mais en quelques jours vous trouverez un réseau, un vendeur».

Changer le percuteur

Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune homme d'Istres a affirmé avoir acheté le célèbre fusil d'assaut russe démilitarisé sur Internet, puis l'aurait remis en état de marche. Cette manipulation est impossible à faire, même par un professionnel, si l'arme a été neutralisée dans les règles de l'art en France, affirme un armurier parisien: canon bouché en force par une bille, lèvres du chargeur meulées, culasse meulée et soudée à la soudure autotrempante. Mais les normes de neutralisation diffèrent d'un pays à l'autre: une arme achetée en Allemagne, en Autriche ou en Espagne par exemple sera ainsi beaucoup plus facile à remettre en état de fonctionnement.

«Il suffit parfois de changer le percuteur, qui a été enlevé», précise Patrice Bouveret. «Or, il y a certains sites étrangers sur lesquels on peut trouver çà en pièce détachée. Pour un passionné d'armes un peu bricoleur, ce n'est pas difficile». Certains armuriers, dans des pays limitrophes de la France, vendent aussi sur leurs sites des armes de guerre en état de fonctionnement. Un commerçant luxembourgeois propose ainsi un AK47 fabriqué dans l'ex-Allemagne de l'Est pour 575 euros, un M16 américain pour 1150, un pistolet Glock 21 pour 560.

Rapatriement en France

«L'harmonisation des législations sur les armes légères est loin d'être faite dans l'Union européenne», regrette M. Bouveret. Il reste ensuite à rapatrier l'objet en France. Mais même si les douanes veillent, une arme en pièces détachées peut facilement passer entre les mailles du filet, surtout si elle vient de l'intérieur des frontières de l'UE. «C'est le problème de l'internationalisation, de l'Internet», ajoute François Haut, directeur du département de recherches sur les Menaces criminelles contemporaines de l'institut de criminologie de Paris.

«Que peut-on faire contre ça? Rien! On va avoir des gendarmes qui vont passer des heures à trouver un site en Espagne qui vend des kalachnikovs démilitarisées. Mais qu'est-ce qu'on fait? On prévient le gouvernement espagnol, qui s'en fout parce que c'est fait selon les critères légaux en Espagne. Ils ne vont pas empêcher la boite d'expédier en France ou ailleurs». Vendredi, lors d'un déplacement à Nancy, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré: «Ce n'est pas normal que l'on puisse acheter une kalachnikov sur Internet» et rappelé que «la lutte contre ce trafic des armes est une priorité» pour lui. (afp)

Ton opinion