Etats-Unis: Acheter une voiture de luxe ou séquencer votre génome?
Actualisé

Etats-UnisAcheter une voiture de luxe ou séquencer votre génome?

Séquencer son génome pour mieux connaître les forces et les faiblesses de son corps ne coûtera désormais plus que le prix d'une voiture.

Et ce, grâce à une nouvelle technique dévoilée lundi par une équipe de l'université américaine de Stanford.

Depuis que le génome humain a été séquencé en 2003 dans le cadre d'un projet qui a coûté près de trois milliards de dollars, son coût n'a cessé de diminuer.

En 2007, la société 454 Life Sciences avait annoncé le premier séquençage d'un génome individuel en trois mois pour un coût d'un million de dollars. En septembre de la même année, Craig Venter devenait le premier homme à publier son génome en ligne.

L'an dernier, le prix du décodage de l'ADN humain était tombé à 250 000 dollars mais nécessitait encore le concours de près de 200 personnes. Seuls une douzaine de génomes humains ont été décodés dans leur quasi-intégralité à ce jour.

Pour 50 000 dollars

Stephen Quake, professeur de bio-ingénierie de l'Université de Stanford, et deux de ses collaborateurs, Norma Neff et Dmitri Pushkarev, annoncent maintenant avoir séquencé le génome de Quake pour moins de 50 000 dollars (54 200 francs).

«Une tâche qui coûtait autant qu'un Boeing 747, ne coûte plus que le prix moyen d'une voiture haut de gamme» et ne nécessite plus que deux personnes, se félicite dans un communiqué le Centre médical de Stanford.

«Pour la première fois, la démonstration a été faite qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un centre de génomique pour séquencer un génome humain», déclarent les chercheurs.

Ils ont utilisé un instrument de la taille d'un réfrigérateur, appelé SMS Heliscope et commercialisé par la société Helicos Biosciences, dont le professeur Quake est le co-fondateur.

Code génétique recomposé

Dans leur étude publiée par la revue spécialisée «Nature Biotechnology», ils estiment que leur procédé «devrait permettre d'importantes applications du séquençage du génome pour de nombreux champs de la génétique et de la santé humaine».

Leur technique repose sur le séquençage d'une seule molécule d'ADN, contre plusieurs milliers de copies par personne ou organisme vivant avec des méthodes plus anciennes.

Les quelque trois milliards de paires de bases de l'ADN de la molécule sont découpées en millions de rubans de 30 bases, puis placées sur un verre spécialement traité. Les rubans sont alors «labellisés», chacun par l'une des lettres A,C,G,T qui composent l'ADN à l'aide d'un agent réactif fluorescent, avant d'être «lus» par la machine.

Le code génétique est ensuite recomposé à l'aide de puissants ordinateurs qui comparent chaque séquence au modèle de référence déjà établi par le Centre américain d'information pour les bio- technologies (NCBI).

De plus en plus accessible

Le génome ainsi obtenu est «complet à 95%», un niveau comparable à celui obtenu par des méthodes plus coûteuses, annoncent les chercheurs.

En utilisant sa nouvelle technique, le professeur Quake a appris qu'il était porteur d'une rare mutation génétique associée à un trouble cardiaque, mais aussi une bonne nouvelle, à savoir qu'il est génétiquement prédisposé à bien réagir aux statines, une classe de médicaments destinés à faire baisser le taux de cholestérol.

Le coût du séquençage du génome humain, qui permettra des traitements plus individualisés et une médecine préventive plus performante, devrait encore baisser à l'avenir. La société Pacific Biosciences a prédit que d'ici 2013, elle serait capable de séquencer un génome individuel en un quart d'heure et pour moins de 1000 dollars.

(ats)

Ton opinion