Procès: Acquitté après avoir brisé le cou d'un fêtard
Publié

ProcèsAcquitté après avoir brisé le cou d'un fêtard

Un videur lucernois a été jugé dimanche après avoir fracturé une vertèbre à un fêtard en 2014. Selon le tribunal correctionnel, il n'est pas responsable de ces blessures.

par
afp/nob/vsm
Gerichte Luzern

Un homme de 46 ans qui s'occupait de la sécurité à l'entrée d'une boîte de nuit avait été accusé d'avoir brisé le cou d'un client agressif un soir de mai, peu avant l'heure de fermeture. L'accusation a exigé trois ans d'emprisonnement pour lésions corporelles graves intentionnelles ainsi que pour avoir manqué à fournir une aide d'urgence.

La victime de 34 ans avait attaqué le portier avec une bouteille en verre. Le garde de sécurité pesant près de 120 kilos a alors agrippé et immobilisé l'assaillant à l'aide d'un spray au poivre avant de lui faire une clé de bras et de le plaquer au sol. Le fêtard s'est ensuite arrêté de bouger de manière soudaine.

La police a emmené l'homme au poste en attendant qu'il soit sobre à nouveau. Ce n'est qu'ensuite qu'un médecin lui a diagnostiqué une blessure grave. Il a donc a été transporté à l'hôpital. Sur place, les médecins ont découvert qu'il souffrait d'une fracture de la vertèbre cervicale et d'une hémiplégie aiguë. Il a subi une intervention chirurgicale d'urgence et a été admis au Centre des paraplégiques de Nottwil. Aujourd'hui, il peut marcher à nouveau, ce dont l'accusé s'est réjoui au tribunal.

Il était presque paralysé

Pour l'avocat de la victime, l'immobilité soudaine malgré le spray au poivre n'était pas justifiée. De plus, c'est au moment du plaquage au sol que son client a été blessé. Sa fracture est typique d'une pression par l'arrière contre la colonne cervicale doublée d'une rotation de la tête.

Cependant, la défense a interprété l'incident de façon très différente. L'homme immobilisé était ivre, le fait qu'il ait cessé de bouger une fois au sol ne prouvait pas qu'il avait été blessé. Le videur a simplement interprété cette immobilité comme étant caractéristique d'une personne bien trop alcoolisée. D'autre part, la fracture de la vertèbre cervicale aurait très bien pu avoir été infligée plus tard. Lorsque le fêtard a été emmené au poste, par exemple. Le videur a ainsi été acquitté. Quant aux frais de procédure de 12'000 francs, ils sont à la charge de l'Etat.

Ton opinion