Sion: le garde-chasse qui avait gardé des aiglons, acquitté

Publié

SionAcquittement du garde-chasse qui avait gardé des aiglons royaux chez lui

Le Tribunal cantonal valaisan estime que la détention des animaux n’était pas illégale. Au contraire, l’homme leur aurait sauvé la vie.

par
Xavier Fernandez
Le jeunes aigles se seraient simplement envolés.

Le jeunes aigles se seraient simplement envolés.

Getty Images/iStockphoto

La semaine dernière, le Tribunal cantonal a acquitté le garde-chasse valaisan qui avait été condamné  en 2020, à 40 jours-amende avec sursis. On lui reprochait d’avoir détenu chez lui un aiglon royal, par moments deux, sans autorisation.

Déroulement des faits tel qu’établi en deuxième instance: en juin 2018, deux aiglons royaux nés au mois de mars, ont quitté prématurément leur nid, dérangés par deux personnes descendues en rappel, le long d’une paroi rocheuse pour les photographier. Le 5 juillet 2018, un premier aiglon a été amené chez le garde-chasse du secteur qui l’a mis dans son écurie et en a informé ses supérieurs. Le deuxième aiglon a été capturé le 11 juillet. Deux jours plus tôt, le 9 juillet, le Service de la chasse, de la pêche et de la faune a décidé de transférer le premier aiglon dans une volière agréée. Le garde-chasse devait organiser le transport. Mais un enchaînement de circonstances a d’abord retardé, puis empêché le transfert.

Rien ne prouve qu’ils sont morts

L’aiglon recueilli le 5 juillet s’est enfui le 12 juillet. Il a été récupéré le 22 juillet et, le 23 juillet, les deux aiglons se sont envolés et ont définitivement repris leur liberté. Ainsi, le garde-chasse n’a jamais renoncé à transférer les oiseaux, ni envisagé de les garder sur une longue durée. Conservant son caractère provisoire, la détention est ainsi restée dans le cadre des compétences de l’accusé. De plus, au moment de leur prise en charge, les oiseaux étaient amaigris et affaiblis. Ils n’auraient vraisemblablement pas survécu sans l’intervention du garde-chasse. Nourris par celui-ci, ils ont repris des forces au point de pouvoir s’enfuir et revenir, pendant une dizaine de jours, prendre la nourriture qu’il leur préparait et déposait sur le toit d’une guérite à proximité de son domicile. Pour finir, rien ne prouve que les aiglons n’auraient pas survécu par la suite.

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

Ton opinion