Pharma: Actelion flambe après une rumeur de rachat
Actualisé

PharmaActelion flambe après une rumeur de rachat

Le géant américain aurait approché la biotech bâloise en vue d'un éventuel rachat, rapporte Bloomberg.

Le siège d'Actelion près de Bâle. (Archive)

Le siège d'Actelion près de Bâle. (Archive)

AFP

Peu avant 11h00, l'action Actelion s'envolait de 17,34% par rapport à la clôture de la veille à 185,40 francs. Dans le même temps, l'indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) s'affirmait également en nette hausse, gagnant plus de 1%.

Jeudi, l'agence Bloomberg, citant des sources évidemment anonymes a rapporté l'intérêt du groupe américain Johnson & Johnson pour la société établie à Allschwil (BL), après d'autres spéculations quant à une éventuelle reprise par un groupe non identifié mais sis outre-Atlantique. Selon Bloomberg, des contacts auraient déjà été pris et les discussions n'en seraient encore qu'au stade initial.

Actelion aurait consulté des conseillers et évaluerait d'autres options, selon Bloomberg, toujours en citant des sources ayant requis l'anonymat. Jeudi, l'action de l'entreprise rhénane fondée en 1997 avait également ouvert la séance en fanfare, le soufflé retombant cependant au fil du négoce. Le titre Actelion n'en avait pas moins clôturé en hausse de 1%.

Prudence de mise

Cités par l'agence awp, les analystes se montrent prudents. De l'avis de certains experts, Johnson & Johnson (J&J) devra offrir une jolie prime s'il entend s'emparer d'Actelion. Et ceux-ci de rappeler que le laboratoire rhénan avait déjà éconduit le britannique Shire en juin 2015.

D'autres spécialistes s'interrogent également au vu du calendrier politique, avec les potentielles incitations fiscales de la future administration du président élu Donald Trump qui orienteraient J&J plutôt vers une acquisition aux Etats-Unis. Sans oublier non plus, les réticences déjà manifestées par le fondateur, directeur général et important actionnaire d'Actelion, Jean-Paul Clozel.

Reste que l'intérêt de J&J pour Actelion apparaît tout à fait plausible, d'autant plus que l'Américain verra expirer l'année prochaine le brevet de son moteur des ventes Remicade. Le directeur général de J&J, Alex Gorsky, a déclaré cette année que son groupe était intéressé par des opérations lui permettant de développer ses activités grand public, d'équipements médicaux et de pharmacie.

A mi-septembre, J&J s'est payé les affaires de soins oculaires d'Abbott Laboratories pour 4,3 milliards de dollars. L'été dernier, il avait concouru au rachat du fabricant de shampoings Vogue International.

Rumeurs récurrentes

Cependant, les rumeurs d'un rachat d'Actelion sont monnaie courante, divers potentiels acquéreurs revenant régulièrement alimenter les spéculations. Il y a environ un an, l'émission d'un emprunt en milliards par le groupe pharmaceutique américain Gilead avait alimenté les fantaisies autour d'un rachat d'Actelion et mis les investisseurs en émoi. En 2010, il avait été question d'un autre colosse, toujours américain, Amgen.

Actelion emploie quelque 2500 collaborateurs et a réalisé en 2015 un chiffre d'affaires d'environ 2 milliards de francs. Cette année, elle a profité de la forte demande pour ses médicaments pour le traitement de maladies des poumons.

J&J est pour sa part déjà fortement présent en Suisse où il emploie près de 6400 personnes, dont plus d'un millier dans le seul canton de Neuchâtel. L'an passé, le groupe de produits pharmaceutiques et d'hygiène établi à New Brunswick, dans l'Etat du New Jersey, a dégagé un bénéfice net de 15,41 milliards de dollars (15,6 milliards de francs) pour un chiffre d'affaires de 70,07 milliards. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion