Lausanne: Des militants XR, quasi tous mineurs, arrêtés après avoir bloqué l’aéroport
Actualisé

LausanneDes militants XR, quasi tous mineurs, arrêtés après avoir bloqué l’aéroport

La police a interpellé six jeunes, âgés de 15 à 19 ans, après leur action à la Blécherette vendredi matin.

La demi-douzaine de jeunes du mouvement Extinction Rebellion est entrée vers 07h30 sur le tarmac, y déversant de l'huile teintée de rouge et affichant une large banderole.

La demi-douzaine de jeunes du mouvement Extinction Rebellion est entrée vers 07h30 sur le tarmac, y déversant de l'huile teintée de rouge et affichant une large banderole.

Extinction Rebellion

Six jeunes du mouvement Extinction Rebellion Youth Lausanne (XR Youth) ont mené une action vendredi matin sur l'aéroport de la Blécherette à Lausanne. Ils sont entrés vers 07h30 sur le tarmac, y déversant de l'huile teintée de rouge et affichant une large banderole avec l'inscription «Aviation Extinction».

«Nous exigeons la fermeture de l'aérodrome de la Blécherette et nous appelons à des actions diverses et variées pour parvenir à cette revendication», a indiqué plus tard le mouvement dans un communiqué. L'action n'a pas duré longtemps, selon Keystone-ATS, arrivé vers 09h00 et constatant que tout était déjà terminé.

Tous à l’Hôtel de police

Interrogé, l'aéroport de Lausanne-La Blécherette n'a pas souhaité faire de commentaires, renvoyant à la police. Cette dernière a communiqué dans la soirée: les six militants ont été retrouvés après avoir quitté les lieux et ont tous pu être interpellés. «Il s’agit d’une femme de 19 ans et de 5 mineurs âgés de 15 à 17 ans de nationalité suisse qui ont tous été acheminés à l’Hôtel de police pour y être entendus. Une plainte a été déposée par le responsable du site», précisent les forces de l’ordre. Des instructions pénales ont été ouvertes à l’encontre des auteurs pour violation de domicile, dommages à la propriété et entrave à la circulation, conclut la police.

Interrogé par «24 heures» dans son édition de samedi, le municipal de la sécurité Pierre-Antoine Hildbrand reconnaît que le fait que cette manifestation a pu se dérouler ainsi met en évidence quelques soucis sécuritaires. «Cette action pose évidemment la question du contrôle des accès à la piste de l’aéroport», dit-il.

(ats/ywe)

Ton opinion