Disparition: Adam Zagajewski, le «poète du 11 septembre», meurt à 75 ans
Publié

DisparitionAdam Zagajewski, le «poète du 11 septembre», meurt à 75 ans

Connu pour son poème sur le 11 septembre 2001, le Polonais Adam Zagajewski est décédé dimanche à Cracovie.

Adam Zagajewski a été un membre important du mouvement littéraire de la Nouvelle Vague polonaise, inspiré par la répression brutale par le régime communiste des manifestations étudiantes à 1968. (Photo Ludovic MARIN / AFP)

Adam Zagajewski a été un membre important du mouvement littéraire de la Nouvelle Vague polonaise, inspiré par la répression brutale par le régime communiste des manifestations étudiantes à 1968. (Photo Ludovic MARIN / AFP)

AFP

Le poète polonais Adam Zagajewski, connu pour son travail centré sur l’attentat du 11 septembre 2001, est mort dimanche à Cracovie à l’âge de 75 ans, ont rapporté les médias polonais citant son éditeur.

Né en 1945 à Lviv (actuelle Ukraine), Adam Zagajewski était l’un des auteurs contemporains les plus célèbres de Pologne, lauréat de nombreux prix. Il avait été cité plusieurs fois comme un possible prix Nobel de littérature. Il partageait son temps entre la Pologne et les États-Unis, où il enseignait la littérature à l’Université de Chicago et était connu comme «le poète du 11 septembre».

Il avait gagné ce surnom quand le magazine le «New Yorker» avait choisi un de ses poèmes – Try to Praise the Mutilated World – pour la dernière page de son numéro spécial sur les attentats contre les États-Unis en 2001.

Il a été un membre important du mouvement littéraire de la Nouvelle Vague polonaise, inspiré par la répression brutale par le régime communiste d’une vague de manifestations étudiantes à travers la Pologne en mars 1968.

Il s’était installé à Paris en 1982, peu après que le dernier dirigeant communiste polonais, le général Jaruzelski, avait tenté de réprimer Solidarnosc, le premier syndicat libre du bloc soviétique. À son retour à Cracovie en 2002, il avait remporté plusieurs prix et distinctions, dont le Prix international de littérature de Neustadt, le Prix de la Liberté et une bourse de la fondation Guggenheim.

Henryk Wozniakowski, directeur de la célèbre maison d’édition polonaise Znak, le décrit comme un homme intelligent et à l’humour «subtil», mais aussi «timide, tout comme feu Wislawa Szymborska, autre poète de Cracovie lauréate du prix Nobel de littérature en 1996».

«Il a combattu le communisme mais c’était surtout un philosophe», a déclaré à l’AFP son traducteur en français Laurence Dyevre.

«Je vis dans des villes étranges et je parle parfois / avec des étrangers sur des questions étranges pour moi», a écrit Adam Zagajewski dans «Self-Portrait», un poème publié alors qu’il vivait en France. «J’aime faire de longues promenades dans les rues de Paris / et regarder mes semblables créatures, accéléré par l’envie, / la colère, le désir».

(AFP)

Ton opinion