Publié

Ski alpinAdelboden dans le rouge, Zermatt trépigne déjà

Depuis plusieurs années, l'étape bernoise de la Coupe du monde de ski enregistre de gros déficits. Ses remplaçants potentiels, Zermatt en tête, mettent la pression sur la station.

par
sul/lom
L'étape bernoise voit des concurrents se profiler.

L'étape bernoise voit des concurrents se profiler.

Keystone/Peter Klaunzer

Daniel Yule a fait trembler le Chuenisbärgli dimanche: il est devenu le premier Suisse depuis 2008 à remporter le slalom d'Adelboden (BE). Malgré le triomphe sur la piste, les organisateurs de cette étape de la Coupe du monde de ski n'ont pas que des raisons de se réjouir. Les courses dans l'Oberland bernois ne sont pas vraiment une bonne affaire comptable: depuis 2016, les pertes financières se situent entre 200'000 et 300'000 francs par année.

Il n'est pas certain qu'Adelboden soit en mesure de maintenir bien longtemps son événement-phare. La pression vient non seulement d'un déficit répété, mais également d'autres candidats qui lorgnent cette étape de Coupe du monde de ski. Des concurrents solides, qui se verraient bien attirer les projecteurs sur leurs pistes, se montrent de plus en plus insistants.

Pas envie de voler une course

Le prétendant le plus sérieux se nomme Zermatt. Au pied du Cervin, les arguments sont de poids: une nouvelle piste aux normes FIS est actuellement en cours d'élaboration. Et c'est en 2016 déjà qu'une association baptisée «International Ski Races Zermatt», composée de l'Office du tourisme et des remontées mécaniques de la station, a été créée. De quoi afficher clairement les prétentions haut-valaisannes.

Pour le directeur de l'Office du tourisme de Zermatt, une chose est claire: avec l'une des plus longues pistes au monde et le Cervin en toile de fond, cela en ferait l'hôte idéal pour le Cirque blanc. «Quelle meilleure façon pour la Suisse, nation de ski, de se présenter au monde avec son emblème?» demande Daniel Luggen. La station valaisanne a déjà formulé ses desiderata à Swiss Ski, sans pour autant déposer une requête officielle: «Nous ne voulons pas concurrencer une autre destination suisse, ni lui enlever la course de Coupe du monde», explique Daniel Luggen.

Problèmes en vue

Les Valaisans ont en tout cas tous les atouts nécessaires pour attirer la lumière: «Le Cervin est une image forte et donc attrayante pour les sponsors», poursuit le directeur de Zermatt Tourisme. En dehors de l'image idyllique de la station, elle dispose également de toutes les installations d'hébergement et de restauration nécessaires à une telle manifestation. Daniel Luggen estime que les Valaisans seraient prêts pour une course de Coupe du monde d'ici à trois ans.

Deux obstacles se dressent toutefois: tout d'abord, il est très difficile d'être inscrit au calendrier de la FIS, les destinations ne varient que très rarement d'une année à l'autre et la liste d'attente n'en finit pas de s'allonger. Autre souci, les voitures ont toujours été bannies de Zermatt. L'accès à la station est donc restreint et la circulation dans ses rues est tout aussi difficile, surtout si l'on imagine des équipes transportant des tonnes de matériel.

Nouvelle stratégie financière

A Adelboden, les organisateurs restent confiants malgré les soucis d'argent. La Coupe du monde de ski au Chuenisbärgli est «toujours un produit de pointe», assure Pascal von Allmen, Président du Conseil d'administration de la société Coupe du Monde de Ski d'Adelboden AG. Ni la demande publique ni l'impact publicitaire n'ont diminué et la valeur ajoutée est encore très élevée. «Ce sont de bonnes conditions pour l'avenir», note Pascal von Allmen, confiant.

Le comité d'organisation bernois est d'ailleurs en train d'élaborer une nouvelle stratégie. Les coûts doivent être optimisés et la gamme de produits proposés doit être adaptée. Le financement de base est également une question importante, avoue Pascal von Allmen. «Nous nous adresserons au Canton et aux communes voisines pour discuter avec eux de l'intérêt de l'événement.» De cette manière, il espère que la plus-value pourra également être convertie en subventions financières.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!