Statistique sur les hospitalisations - Admis pour une fracture, comptés comme malades du Covid
Publié

Statistique sur les hospitalisationsAdmis pour une fracture, comptés comme malades du Covid

Il s’avère que les chiffres transmis par les hôpitaux à l’Office fédéral de la santé publique n’indiquent pas uniquement les patients admis en raison du Covid, mais également ceux qui ont été hospitalisés pour une tout autre raison et qui ont été testés positifs dans un deuxième temps.

par
ofu
Centre de soins intensifs aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), le 31 août 2021.

Centre de soins intensifs aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), le 31 août 2021.

20min/Marvin Ancian

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé jeudi que 1112 personnes ont été hospitalisées en Suisse à cause du Covid au cours des 14 derniers jours.

A première vue, ce chiffre paraît clair. Or comme le révèlent plusieurs médias, les personnes comptabilisées dans la statistique des hospitalisations n’ont pas toutes été admises à cause du coronavirus, du moins dans un premier temps.

Des recherches de «Blick» montrent qu’à l’Hôpital universitaire de Zurich (USZ) une part non négligeable des personnes testées positives ont initialement été hospitalisées pour une autre raison: «50% des personnes testées positives au SARS-CoV-2 à l’USZ sont hospitalisées à cause du Covid-19. Les 50% restant sont traités pour une autre maladie et ont comme diagnostic secondaire une infection au coronavirus», a confirmé le centre médical au journal.

De son côté, Léman Bleu affirme également qu’ à Genève les personnes testées positives au Covid-19 alors qu’elles ont été admises pour d’autres pathologies «amplifient les chiffres des hospitalisations».

En d’autres termes, la statistique sur les hospitalisations de l’OFSP englobe non seulement les personnes admises à cause du coronavirus, mais également celles qui auraient, par exemple, subi une fracture de la jambe lors d’une sortie à ski et qui auraient par la suite été testées positives au virus.

Les autorités se justifient

Contacté par «Blick», l’OFSP explique que les médecins doivent déclarer les cas de Covid-19 confirmés en laboratoire. Cette détection peut avoir lieu avant ou après l’hospitalisation. Les autorités précisent par ailleurs que le motif d’hospitalisation est indiqué, depuis mi-avril, avec la déclaration relative aux résultats cliniques. «Ce n’est pas parce que la cause primaire de l’hospitalisation n’était pas le Covid-19 que cela signifie qu’il n’y avait pas de lien entre l’hospitalisation et le Covid-19», se justifie un porte-parole contacté par le média alémanique.

Début janvier, on apprenait que l’OFSP comptabilise dans son bilan des morts dont on sait que ce n’est pas le Covid qui les a tués. Interrogée à l’époque à ce sujet, Virginie Masserey, cheffe de la section Contrôle de l'infection et programme de vaccination, avait rappelé que le décompte des décès totalise les personnes qui sont décédées alors qu’elles étaient porteuses du virus, «indépendamment de la cause du décès».

Données plus précises disponibles en avril seulement

Après deux ans de pandémie, les statistiques en Suisse laissent encore à désirer. C’est ce que rapporte ce vendredi la «Basler Zeitung». Le journal rappelle que nombre de données ne sont pour l’heure pas connues. Ainsi, si l’on connaît désormais le statut vaccinal des personnes hospitalisées, on ignore encore à ce jour combien de personnes vaccinées et non vaccinées se trouvent aux soins intensifs. On ignore aussi l’âge des personnes admises aux soins intensifs et quel est leur historique médical. Contacté, le service sanitaire coordonné, responsable de la gestion des données relatives aux soins intensifs, a confirmé au journal que le statut vaccinal des personnes admises aux soins intensifs sera indiqué dès avril prochain.

Ton opinion

851 commentaires