Genève: Ado pincé par le FBI après avoir partagé une vidéo
Actualisé

GenèveAdo pincé par le FBI après avoir partagé une vidéo

Un jeune Genevois a été dénoncé par les Américains à la police cantonale. Il affirme avoir voulu sensibiliser à l'horreur d'images pédopornographiques.

par
mpo
Diffuser des images illégales sur les réseaux est punissable, même si l'intention était de dénoncer.

Diffuser des images illégales sur les réseaux est punissable, même si l'intention était de dénoncer.

Keystone/Sascha Steinbach

Convoqué par la Brigade des mineurs, un adolescent de 15 ans a appris sidéré qu'il était soupçonné de pédopornographie. En cause, une vidéo partagée sur Snapchat quelques mois plus tôt. Sur ces images, un rapport sexuel entre une personne majeure et une mineure. Le jeune explique qu'il a envoyé ces images avec la mention «Il y a des gens qui méritent d'aller en enfer». Son but: dénoncer les auteurs de la vidéo, sans penser que diffuser ce type de contenu pouvait être illégal.

Auditionné comme prévenu, révèle la «Tribune de Genève», la police lui a appris que la vidéo avait été repérée par le FBI, via des algorithmes spécialisés. Les Américains ont ensuite signalé l'infraction aux Suisses. L'adolescent a été condamné, mais puni d'une simple réprimande. Les signalements des autorités américaines ont explosé ces dernières années. Les avocats mettent en garde contre la diffusion d'images à caractère pédophile ou violent: même si l'intention est de dénoncer ces actes, les conséquences peuvent être graves pour les auteurs.

Ton opinion