Adobe jure ne pas former ses IA avec les données de clients

Publié

Intelligence artificielleAdobe jure ne pas former ses IA avec les données de ses clients

L’éditeur de la suite logicielle contenant Photoshop a fermement démenti les rumeurs suscitées par ses conditions d’utilisation ambiguës.

L’éditeur de San José intègre toujours davantage d’intelligence artificielle dans sa suite logicielle emmenée par Photoshop.

L’éditeur de San José intègre toujours davantage d’intelligence artificielle dans sa suite logicielle emmenée par Photoshop.

adobe/photomontage

Les progrès remarqués des intelligences artificielles (IA) génératives d’images comme DALL-E continuent d’agiter la Toile. C’est au tour d’Adobe d’être sous le feu des critiques pour avoir prétendument formé ses IA, à l’aide de créations de ses clients hébergées sur ses serveurs. Mais le directeur de sa suite logicielle Creative Cloud s’est montré extrêmement ferme sur le sujet. «Nous n’avons jamais, jamais utilisé quoi que ce soit dans notre stockage pour former un modèle d’IA générative. Pas une seule fois!», a insisté Scott Belsky, dans un entretien accordé à Bloomberg.

C’est une capture d’écran des conditions d’utilisation d’Adobe qui avait alimenté début janvier, de vives inquiétudes sur les réseaux sociaux. Certains graphistes les avaient interprétées comme l’octroi automatique de droits à Adobe pour former des modèles d’IA générative de contenus. Scott Belsky a reconnu leur ambiguïté, tout en rappelant qu’elles dataient d’une dizaine d’années, soit bien avant les dernières évolutions de DALL-E, StableDiffusion, Midjourney et autre DreamUp.

Le dirigeant a cependant reconnu que ces vives réactions ont eu l’effet «d’un appel à la prise de conscience». «Nous devons être très explicites sur ces choses-là, a-t-il ajouté. Si jamais nous devons autoriser un jour les gens à opter pour l’IA générative, nous devrons le signaler et expliquer comment nous l’utilisons».

Lors de sa dernière conférence annuelle, l’éditeur de Photoshop et Illustrator a présenté de nombreux nouveaux outils dopés à l’IA. Pour les médias créés avec l’IA sur sa banque d’images, la société exige notamment que les images soient étiquetées et que les personnes ne soient pas identifiables.

(laf)

Ton opinion

1 commentaire