Actualisé 21.12.2018 à 21:51

Royaume-Uni

Aéroport paralysé par des drones: l'armée débarque

Les forces de l'ordre bataillaient toujours jeudi soir pour neutraliser les pilotes de ces engins, qui ont empêché des dizaines de milliers de passagers de voyager.

L'armée et la police tentaient jeudi de trouver les auteurs du survol de drones qui paralysait toujours l'aéroport de Gatwick, le deuxième plus important du Royaume-Uni. Le hub du sud de Londres, a été fermé mercredi vers 22h après que deux drones ont été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 4h45. La piste n'a pu être rouverte de toute la journée car les drones ne cessaient de réapparaître à chaque fois que le trafic était prêt à reprendre.

Chris Woodroofe, directeur opérationnel de l'aéroport, a expliqué dans la journée qu'un hélicoptère survolait la zone. «Mais la police nous dit qu'il serait dangereux de vouloir abattre les drones en raison du risque de balles perdues», a-t-il précisé. Une vingtaine d'unités de la police ont été mobilisées pour chercher les pilotes de ces engins.

«Nous anticipons que les perturbations se poursuivent demain», vendredi, l'un des jours de l'année où l'aéroport est le plus fréquenté, à l'approche de Noël, a indiqué l'aéroport londonien sur son site internet en cours de soirée.

L'armée en renfort

Le ministère de la Défense a indiqué avoir déployé du matériel spécialisé pour aider la police à repérer les coupables. «D'énormes efforts sont déployés», a déclaré le ministre des Transports, Chris Grayling, à la BBC. «Nous avons introduit une technologie de pointe à Gatwick» pour traquer les drones, a-t-il ajouté.

A l'origine de ce blocage inédit, une «activité très ciblée qui visait à fermer l'aéroport et causer le maximum de perturbations juste avant Noël», a dénoncé le PDG de l'aéroport, Stewart Wingate. Il s'est dit «désolé des désagréments que ce comportement criminel a causé aux passagers».

La police du Sussex, comté où se trouve l'aéroport, a qualifié l'incident d'«acte délibéré», tout en assurant qu'il n'y avait «aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme». Le directeur opérationnel de l'aéroport, Chris Woodroofe a estimé qu'il faudrait «plusieurs jours» pour que la situation revienne à la normale.

Avions cloués au sol

Des restrictions de vols de nuit devaient être levées dans certains autres aéroports du pays, jeudi soir, pour permettre à des voyageurs d'arriver au Royaume-Uni ou d'en partir, a par ailleurs annoncé le ministre. Environ 110'000 passagers devaient emprunter un avion décollant de Gatwick ou y atterrissant jeudi.

Tout au long de la journée, les avions sont restés cloués au sol et des files de passagers en quête d'informations se sont étendues sur plusieurs centaines de mètres, a rapporté un journaliste de l'AFP. D'autres se sont plaints d'être restés bloqués plusieurs heures dans leur avion.

La Première ministre, Theresa May, a «compati pour tous les passagers dont les projets de voyage ont été perturbés (...) A cette période de l'année, c'est particulièrement difficile.» Elle a prévenu les coupables qu'ils risquaient jusqu'à cinq ans de prison. La législation encadrant l'usage des drones a été renforcée cette année au Royaume-Uni, interdisant leur utilisation à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres) et de nouvelles mesures sont à l'étude, a-t-elle ajouté.

Futurs mariés cloués au sol

Les passagers cloués au sol ont dû prendre leur mal en patience. Mamosta Abdulla est resté bloqué quatre heures dans son avion à destination de l'Irak. «Tout le monde transpirait parce qu'il faisait si chaud à l'intérieur.»

Tayo Abraham, 31 ans, de Glasgow, en Ecosse, devait s'envoler mercredi avec son fiancé Ope Odedine pour le Maroc où ils doivent se marier. Mais leur vol a été annulé. «Cela fait un an qu'on prévoit ça, on ne peut pas commencer à réorganiser le mariage», a-t-elle confié à la BBC.

Perturbation digne du volcan islandais

Gatwick est le huitième aéroport d'Europe en termes de trafic et se classe juste derrière Bombay comme aéroport à piste unique le plus fréquenté. Il dessert plus de 228 destinations dans 74 pays et quelque 45 millions de passagers y passent chaque année. Aucune perturbation de cette ampleur n'avait eu lieu depuis l'éruption en 2010 d'un volcan islandais, dont l'immense nuage de cendres avaient cloué les avions au sol. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!