Armée canadienne: Affaire de meurtres et de crimes sexuels
Actualisé

Armée canadienneAffaire de meurtres et de crimes sexuels

L'armée canadienne est brusquement confrontée à un drame potentiellement dévastateur: le commandant de la plus importante base aérienne du pays, le colonel Russell Williams, a été arrêté et accusé du meurtre de deux jeunes femmes ainsi que de deux agressions sexuelles.

«Nous sommes en état de choc», a déclaré le major-général Yvan Blondin, commandant de la 1ère Division aérienne et à ce titre supérieur direct de Williams, au cours d'une conférence de presse.

Le corps de Jessica Lloyd, 27 ans, portée disparue il y a dix jours, a été retrouvé lundi matin dans la municipalité de Tweed, en Ontario, où vivait le colonel Williams, marié, 46 ans, commandant de la grande base aérienne de Trenton, selon un communiqué de la police de cette province.

Arrêté dimanche à Ottawa, l'officier est également accusé du meurtre avec préméditation de la caporale Marie-France Comeau.

Cette dernière a été trouvée sans vie à son domicile de Brighton, dans la même région, en novembre 2009. Elle faisait partie du 437e escadron des Forces canadiennes basé à Trenton, à mi-chemin entre Toronto et Ottawa, et donc était placée sous les ordres du colonel Williams.

Le suspect devait être présenté lundi après-midi à un magistrat.

Le chef d'état-major des forces aériennes, le général André Deschamps, a déclaré qu'il «prenait très au sérieux» toute accusation de violation de code militaire ou de crime portée contre un de ses subordonnés.

De graves accusations

Tout en invoquant la présomption d'innocence, il a déclaré qu'«étant donné la gravité» des accusations et considérant le haut niveau de responsabilités attachées au poste du colonel Williams, «un commandant intérimaire pour la 8e Escadre Trenton serait nommé sous peu», selon un communiqué.

Une procédure concernant sa position dans les forces armées sera également engagée.

Williams, commandant de la 8e escadre d'aviation et qui avait été récemment promu à la tête de la base de Trenton, est également soupçonné d'avoir pénétré par effraction dans deux maisons en septembre dernier et d'y avoir commis des agressions sexuelles à l'égard de deux femmes, a indiqué la police.

Compte tenu de la similitude entre ces crimes et d'autres «incidents graves» survenus dans les environs de Belleville, dans la même région, la police a cherché à vérifier d'éventuels liens entre eux.

Investigations

L'inspecteur Chris Nicholas, de la police provinciale de l'Ontario, s'est contenté d'indiquer, au cours d'une conférence de presse télévisée, que les enquêteurs avaient été conduits à s'intéresser à Williams «par des éléments d'information réunis lors d'une investigation le long de l'autoroute 37 dans la nuit du 4 février».

Pressé de questions, l'inspecteur Nicholas a admis que ses collègues cherchaient actuellement d'éventuelles analogies avec d'autres crimes non résolus au Canada et notamment avec des agressions sexuelles. Le colonel Williams, souvent muté, a séjourné dans plusieurs régions du Canada.

Carrière du colonel Williams

Au cours de sa carrière, il avait entre autre piloté dans le passé l'appareil CC 144 Challenger, utilisé par le gouverneur général et le Premier ministre canadien, ainsi que par les membres de la famille royale britannique en visite au Canada.

Avant d'être nommé à la tête du 437e escadron à Trenton il y a deux ans, il avait aussi été commandant d'une base canadienne secrète au Proche-Orient, le Camp Mirage près de Dubaï.

Selon sa biographie officielle, il est photographe, pêcheur et amateur de la course à pied. Tant lui que sa femme sont aussi des joueurs de golf passionnés.

Le service d'investigation de l'armée canadienne a collaboré avec la police de l'Ontario. (afp)

Ton opinion