Vevey (VD): Affaire Girardin: un préjudice de moins de 100’000 francs
Publié

Vevey (VD)Affaire Girardin: un préjudice de moins de 100’000 francs

Selon le magistrat instructeur, le montant des factures contestables reprochées à l’élu socialiste est de 90’000 fr pour un gain illégitime de 74’000 fr, selon l’acte d’accusation parcouru par «20 minutes» en début de semaine. La défense va plaider l’acquittement.

par
Christian Humbert
Suspendu dans ses activités d’élu au sein de l’exécutif veveysan, le socialiste Lionel Girardin est poursuivi pour gestion déloyale. Il sera fixé sur son sort au printemps.

Suspendu dans ses activités d’élu au sein de l’exécutif veveysan, le socialiste Lionel Girardin est poursuivi pour gestion déloyale. Il sera fixé sur son sort au printemps.

Laurent Crottet

Les surprises ne manqueront pas au procès du municipal de Vevey Lionel Girardin à fin avril. Certes, l'élu socialiste de 47 ans, suspendu depuis juin 2018, a perdu son honneur. Mais il est rétribué jusqu'à la fin de la législature. La question d'une restitution de salaires ne se posera pas en audience. Et la Fondation Apollo dont il a été la cheville ouvrière n'existe plus. Ses activités ont été reprises par la fondation du Relais, pas partie à la procédure. Autre élément important: les montants finalement retenus au terme de l'enquête sont loin d'atteindre des sommets.

Le procureur Christian Buffat évoque 90’613 fr de factures contestables et un gain illégitime de 74’238 francs . Enfin, les communes de Montreux (qui versait 150’000 francs par an à Apollo) de La Tour de Peilz (entre 20 et 35 000 fr à Apollo) et Aigle (15’000 francs par année à Apollo) brilleront par leur absence. Le canton avait plus que quadruplé son aide à la fondation en versant quelque 850’000 francs par an sans faire preuve d'une grande curiosité. Les communes de Vevey (155’000 fr versés par année) et Yverdon-les-Bains (50’000 frs l'an) se sont constituées parties civiles avec le canton.

Tarif excessif et sans appel d’offres

Lionel Girardin est prévenu de gestion déloyale des intérêts publics pour avoir confié la gestion des ressources humaines de la fondation à sa société Opération Project (OP) à un tarif excessif, sans appel d'offres. La direction s'était opposée à l'engagement de sa femme, finalement devenue salariée d'OP. Cette Sàrl y louait des locaux au prix de 600 fr les vingt mètres carrés sans avoir à en payer la rénovation et l'ameublement. La surveillance de ces travaux a été facturée à la fondation qui avait mandaté deux architectes. Il lui est reproché un coûteux développement de coworking dans d'autres locaux financés à perte par Apollo. Les mandats confiés à son frère ne sont pas contestés par la justice car approuvés par le conseil de fondation, comme un voyage à deux au Canada.

Contacté par «20 minutes», Me Ludovic Tirelli, l’avocat du prévenu, a signalé qu’il plaiderait l'acquittement. Pour le reste, il estime prématuré de faire des commentaires et a préféré réserver ses arguments au Tribunal.

Ton opinion