Images inédites: Affaire Julen: ce qui s'est passé à l'intérieur du puits
Publié

Images inéditesAffaire Julen: ce qui s'est passé à l'intérieur du puits

La défense du propriétaire du puits non autorisé affirme que ce sont les premiers coups de pioche des secouristes qui ont tué l'enfant. Voici la vidéo sur laquelle cette thèse s'appuie.

par
joc

Alors que la mort du petit Julen est encore très présente dans l'esprit des Espagnols, la nouvelle a fait l'effet d'une bombe, la semaine dernière. L'avocat du propriétaire du terrain où est survenu le drame a transmis au juge un rapport incriminant les secouristes. Ce document, rédigé par un architecte, tente de prouver par A + B que l'enfant n'est pas mort dans sa chute de 70 mètres. Ce sont les premiers coups de pioche des pompiers, effectués quelques heures après le drame, qui auraient été fatals au petit garçon.

Telecinco s'est procuré la vidéo sur laquelle l'architecte Jesus Maria Flores Vila s'est appuyé pour construire sa théorie. Ces images, tournées à l'intérieur du puits dans les premières heures qui ont suivi l'accident, montrent comment les secouristes s'y sont pris pour essayer de casser le bouchon qui les empêchaient d'accéder à Julen. On peut voir cette pioche en acier de 7 kilos, retenue par une corde, s'abattre à plusieurs reprises contre le bloc de cailloux et de sable.

«Dix impacts violents»

«Dix impacts violents contre le bouchon qui s'est formé sur la tête de Julen», peut-on lire dans le rapport. Selon le document, les quatre derniers coups de pioche auraient perforé le bouchon et l'outil aurait pénétré d'au moins 35 centimètres à l'intérieur, «distance supérieure à celle de la tête de l'enfant, avec une force de 50 kilos», est-il détaillé.

Selon l'avocat de David Serrano, le propriétaire du terrain qui risque une inculpation pour homicide involontaire, huit cheveux du petit garçon ont par ailleurs été retrouvés au bout de l'outil. Cette théorie, qui vise à réduire les responsabilités de David Serrano en incriminant les secouristes, a cependant peu de chances de convaincre le juge. Il est en effet précisé dans le rapport d'autopsie préliminaire qu'«aucune blessure externe» n'avait été constatée sur le corps du petit Julen.

Ton opinion